Migrants mineurs isolés : l'Etat s'engage sur une prise en charge financière

  • A
  • A
Migrants mineurs isolés : l'Etat s'engage sur une prise en charge financière
Des mineurs isolés accueilli dans une antenne de la Croix rouge, à Taverny, dans le Val-d'Oise, fin 2002.@ AFP
Partagez sur :

L'Etat s'engage à octroyer une rallonge budgétaire de 6,5 millions d'euros en 2017 pour soulager les départements. 

L'Etat va donner un coup de pouce à l'enveloppe budgétaire prévue pour les "mineurs isolés", ces jeunes migrants arrivés seuls en France et dont le nombre a fortement augmenté ces dernières années, saturant l'accueil dans certains départements.

Complément budgétaire de 6,5 millions d'euros en 2017. Les ministres de la Justice, Nicole Belloubet, et de la Santé, Agnès Buzyn, ont annoncé lundi un "abondement budgétaire de 6,5 millions d'euros en 2017" consacré au "remboursement par l'Etat aux départements de la période d'évaluation" de ces mineurs. Conformément aux engagements du précédent gouvernement, les départements recevront aussi "30% du coût correspondant à la prise en charge des mineurs non accompagnés supplémentaires" en 2017, ont assuré les ministres lors d'une réunion vendredi avec Conseils départementaux, magistrats et associations.

Compétence des départements. Ces jeunes relèvent, comme tous les mineurs, de l'aide sociale à l'enfance donc des départements. Mais leur nombre a "considérablement augmenté", passant "de 4.000 arrivées en 2012 à 16.000 en 2016", a reconnu début septembre Emmanuel Macron. Prenant acte de la "charge croissante" sur les Conseils départementaux, le président de la République avait alors demandé au gouvernement des propositions "d'ici la fin de l'année" pour "revoir complètement la question de l'accueil et de l'accompagnement de ces mineurs".

Des "expérimentations" visant à "améliorer la prise en charge et harmoniser les procédures d'évaluation", qui varient d'un département à l'autre, seront mises en place en 2018.