Mazarine Pingeot : "Oui, je soutiens François Hollande"

  • A
  • A
Partagez sur :

La fille de François Mitterrand, professeur de philosphie sort un essai sur la transparence. Elle était invitée dimanche sur Europe 1.

INTERVIEW

Elle est l’enfant du secret, la fille cachée de François Mitterrand, mais s’attaque au sujet de la transparence dans un essai philosophique*. Mazarine Pingeot était l’invité de David Abiker, dimanche, dans l’émission C’est arrivé demain.

"François Hollande est victime de son époque". Il y a 35 ans, François Mitterrand accédait au pouvoir. Ses mandats de président de la République ont été marqués par une certaine opacité dans sa façon de conduire les affaires. Ce qui n’est désormais plus possible. "La question de la transparence n’était pas perçue de la même manière. Les hommes d’Etat sont aussi les hommes de leur époque. Aujourd’hui, la transparence est brandie comme injonction morale, mais elle devient aussi techniquement possible. François Hollande est aussi victime de son époque."

"On existe que lorsqu'on est vu". La transparence brouille selon elle les frontières entre l’espace public et l’espace privé et les émissions de télé-réalité en sont le symptôme. "On existe que lorsqu’on est vu", indique la philosophe qui observe le glissement du je pense donc je suis, au je suis vu donc je suis. Mazarine Pingeot prend l’exemple du selfie : "on a l’impression que si l’on n’est pas médiatisé par une photo de soi, c’est comme si on avait pas vécu la chose. C’est très visible dans le tourisme."

"On fait le lit du Front National". Quant à utiliser sa propre image pour soutenir un politique, Mazarine Pingeot l’avoue : "Oui je soutiens François Hollande. Je trouve qu’on est très injuste à son égard. La critique est sans doute méritée mais pas sa violence et je pense qu'on est en train de faire le lit du Front National."

 *La Dictature de la transparence, aux éditions Robert Laffont (21 avril)