Recettes du ramadan : Marmiton fait face à un torrent d'insultes

  • A
  • A
Recettes du ramadan : Marmiton fait face à un torrent d'insultes
Sur la page Facebook de Marmiton, de nombreux internautes ont très peu apprécié la publication des recettes pour le ramadan.@ Facebook
Partagez sur :

POLÉMIQUE - Le site de recettes de cuisine fait face à une avalanche de commentaires islamophobes depuis la publication d’une sélection de recettes spécial ramadan. 

En postant jeudi dernier sur sa page Facebook une liste de recettes orientales pour le premier jour du ramadan, le site de cuisine Marmiton a été noyé sous les injures et les commentaires islamophobes. Comme l’a repéré Rue89, de nombreux internautes non musulmans n’ont pas vraiment apprécié la formule "Bon ramadan à tous".

Des centaines de commentaires haineux. Lundi matin, le fameux post Facebook avait été commenté plus de 800 fois. "On s'en fout du ramadan, on ne devrait même pas en parler, on est en France", lâche un internaute. "Je n’ai jamais vu de recettes pour mardi gras, ni pour le carême", regrette un autre. Certains internautes ont quand même essayé de prendre la défense du site de cuisine. "Marmiton est un groupe de recettes de partout, de chaque coutume. Ça me désole de voir autant de méchanceté gratuite", peut-on lire sur la page Facebook.

Voici quelques commentaires haineux sur la page Facebook de Marmiton : 

Commentaires-Marmiton

Le fondateur de Marmiton réagit. Après ce flot d’insultes, le cofondateur du site Marmiton, Christophe Duhamel, a réagi sur Twitter avec un certain recul. "On a créé Marmiton pour vaincre la peur de louper ses plats, nous voici confrontés à la peur de l’autre", a-t-il déploré. "Depuis quelques années, il y a de plus en plus de réactions négatives, voire violentes", a poursuivi le responsable de Marmiton sur Rue89. "On ne saurait dire si certains se sont radicalisés ou s’ils s’expriment juste plus qu’avant". Et de conclure avec fermeté : "il est hors de question que ces réactions changent notre manière de fonctionner, ni le type de sujets que nous traitons".