Les trois questions à se poser face à une théorie du complot

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

DOC - "Spicee", média d'information en ligne, publie le deuxième numéro de "Conspi Hunter", une série de documentaires visant à mettre en lumière et démonter les mécaniques à l'oeuvre dans les "théories du complot".

"Spicee", média d'information en ligne, publie en partenariat avec Europe 1 "Conspi Hunter", une série de documentaires visant à mettre en lumière et démonter les mécaniques à l'œuvre dans les "théories du complot". Dans son deuxième numéro (la vidéo ci-dessus, en illustration de l'article), les réalisateurs expliquent quelles sont les trois questions à se poser systématiquement devant une théorie du complot : quelle est la source de ces théories ? Que se passe-t-il si on les pousse jusqu'au bout ? N'y a-t-il pas une explication de bon sens à mettre à la place ?

Charlie Hebdo, le 11 septembre, les "reptiliens", les avions qui balancent des somnifères… Dans cette série de documentaires, les journalistes entendent s'attaquer aux thèmes préférés des complotistes, ces théoriciens qui interprètent les événements du monde par la conspiration, souvent celle d'une poignée d'élites cachée et toute puissante.

>> Est-il vraiment pertinent de s'attaquer à ces théories ? la réponse du réalisateur ici. 

Cuba a inventé le vaccin contre le Sida. Avant de parvenir à ce résultat, les réalisateurs du documentaire avaient, en décembre, déjà publié une première vidéo. Ils y montraient comment ils ont eux-mêmes réussi à réaliser et à faire accepter un film complotiste. Leur film, inventé de toute pièce, affirmait ainsi que le Sida avait été inventé par les Etats-Unis. Et que la fin de l'embargo à Cuba s'expliquait par le fait que l'île a réussi à trouver un vaccin contre le virus, que les Etats-Unis voudraient se procurer. Ce "fake" a été mis en ligne trois semaines, vu plus de 10.000 fois, partagé un millier de fois et repris par deux des principaux sites complotistes (Réseau International et Wikistrike), le tout sans aucune vérification de l'information.