Les restaurateurs désormais obligés de proposer un doggy bag

  • A
  • A
Les restaurateurs désormais obligés de proposer un doggy bag
@ PATRICK BERNARD / AFP
Partagez sur :

Tous les restaurants qui servent plus de 180 repas par jour sont désormais obligés de proposer un doggy bag à leurs clients. Une mesure écologique qui devrait prendre un peu de temps avant de rentrer dans les mœurs.

Qui n’a jamais eu les yeux plus gros que le ventre, et laissé une assiette à moitié pleine au restaurant ? Tout ça est fini grâce au doggy bag, une pratique anglo-saxonne qui consiste à emporter les restes de son repas dans un petit sac. En France, tous les restaurants qui servent plus de 180 repas par jour sont désormais obligés de le proposer à leurs clients depuis le 1er janvier.

Un flop en France. Et pourtant, la pratique a du mal à être acceptée en France. "Ce n’est pas du tout dans l’esprit français", avance Nelly, assise à la terrasse d’une brasserie. "Repartir avec un petit sac, ça va être très moche. C’est un peu le qu’en-dira-t-on", confie-t-elle. Paul est serveur dans un bistrot parisien qui n’a pas attendu le 1er janvier pour distribuer des doggy bags. "On devrait peut-être inciter un peu plus les gens à le faire en affichant qu’on peut emporter les plats. Il n’y a pas de problème, ce n’est pas mal vu d’emporter ses plats", rassure le serveur. "Les clients sont toujours gênés, d’abord parce qu’ils ne le savent pas, car nous ne l’affichons pas non plus. Et ils le disent à voix basse, un peu comme quand ils demandent où sont les toilettes", s’amuse-t-il.

50% de déchets alimentaires en moins d'ici 2025. Sur le principe, par contre, il n’y a pas de débat. La mesure doit permettre de réduire de 50% les déchets alimentaires d’ici 2025. "Je ne trouve pas ça bête, au contraire. Plutôt que ça parte à la poubelle, autant qu’on récupère ça chez nous", estime Labib. "Après, il faut que ce soit vraiment appliqué, et que les restaurateurs ne fassent pas la tronche quand on le demande", insiste le jeune homme. Pour l’instant, très peu de restaurants concernés ont sauté le pas. Sur la trentaine d’établissements qu’Europe 1 a contactés, trois seulement ont assuré proposer des doggy bags à leurs clients.