Les petits gestes pour limiter le risque de devenir accro aux écrans

  • A
  • A
Les petits gestes pour limiter le risque de devenir accro aux écrans
@ JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

Une campagne a été lancée en février sur le bon usage des écrans par l'Institut d'Education Médicale et de Prévention.

Selon des chiffres récents, chaque foyer français dispose en moyenne de 5,5 écrans. Le temps consacré aux écrans ne cesse de croître pour atteindre aujourd’hui plus de 5 heures par jour (en dehors du travail). Mais cette tendance est un réel danger en raison de son impact sur la santé : troubles musculo-squelettiques, anxiété, agressivité, troubles du sommeil, fatigue oculaire, migraines, alimentation déséquilibrée et problèmes de poids, risque cardio-vasculaire, isolement, dégradation ou rupture des liens sociaux pouvant menacer la relation amoureuse, la vie familiale, la carrière ou les études. Comment éviter de passer du "raisonnable" au "trop" d'écrans ?

Il faut s'inquiéter dès l'instant où vous ressentez la peur d'être privé de votre téléphone. Mais quelques gestes peuvent vous aider à être moins accro à votre portable. La première chose, c'est d'éviter de vous connecter plus de 20 minutes d'affilée, et si possible sur un seul écran à la fois.

"Développer des activités sportives ou sociales, en dehors des écrans". Pensez aussi à utiliser un réveil traditionnel plutôt que son téléphone : ça empêche de consulter ses messages au coucher et au réveil. Et pour le docteur  Gérald Kierzek, une des solutions est de s'imposer des moments sans téléphone : "on peut éteindre son téléphone une journée, ou une heure, ou se fixer comme limite le soir, car le problème des écrans, c’est aussi l’endormissement. Il faut aussi mixer les activités, aller à l’extérieur, développer des activités sportives ou sociales, en dehors des écrans".

Et si vraiment vous êtes incapable de vous passer de votre téléphone, il n'y a pas de médicament miracle, mais on peut en discuter avec un psychologue, voire participer à des séances de méditation. Et si on travaille dans un bureau, il faut faire des pauses - comme sur l'autoroute - toutes les deux heures, pour à la fois se dégourdir les jambes.