Les jeunes peu conscients des risques de l'alcool et des drogues sur la conduite

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Les accidents de la route sont la première cause de mortalité chez les jeunes. Mais ils continuent de consommer alcool et drogue avant de prendre le volant.

EXCLUSIF

Celui qui conduit, c'est celui qui ne boit pas. Le slogan de la prévention routière martelé depuis des années auprès des conducteurs semble ne plus vraiment fonctionner auprès des plus jeunes. Et l'été est une période critique. Les départs en vacances, c'est le moment où beaucoup de jeunes qui viennent d'avoir leur permis ou qui ne conduisent pas forcément le reste de l'année vont prendre le volant. Or les accidents de la route sont la première cause de mortalité chez les 18/24 ans.

Des chiffres édifiants. Selon les résultats d'une étude MAAF/Vigicarotte, révélée par Europe 1 jeudi, près d'un jeune sur trois a conduit plusieurs fois après avoir soit bu un verre de trop soit fumé un joint et 40% des jeunes ont déjà pris le volant après avoir consommé de l'alcool ou de la drogue. 

Inconscience. Ce qui est encore plus impressionnant, c'est que les 18/24 ans n'ont aucune conscience des risques d'accident, que ce soit la perte de concentration, de vigilance ou la mauvaise appréciation des distances. "Une fois qu'on est vraiment concentré sur sa route, ce n'est pas si risqué. Il y a les effets, mais, si on conduit bien, on a aucun risque de se faire arrêter et donc de se faire contrôler dans ces cas-là", croit ainsi savoir Théo, 18 ans, qui vient de s'acheter un scooter.

"Si j'ai fumé... je me fais un bain de bouche". Son ami Noé, 18 ans également, est en conduite accompagnée. Il sait qu'il risque gros s'il se fait arrêter. Mais le jeune homme a trouvé des astuces pour déjouer les contrôles de police. "Si j'ai fumé sous les trois jours, comme je sais que quand ils contrôlent, ils font des tests salivaires, je me fais un bain de bouche ou un shot de vodka pour que ça tue toutes les molécules de THC [la substance active du cannabis, ndlr] dans la salive", indique-t-il. Selon l'étude d'ailleurs, un jeune sur cinq en fume du cannabis au moins une fois par semaine.