Les Français se disent victimes de violences et inquiets face au terrorisme

  • A
  • A
Les Français se disent victimes de violences et inquiets face au terrorisme
@ AFP
Partagez sur :

Selon une enquête dévoilée vendredi, les Français se disent préoccupés par le terrorisme.

Ils se disent victimes de violences physiques et sont préoccupés par le terrorisme, principale source d'inquiétude après le chômage : une enquête annuelle dévoilée vendredi expose le ressenti des Français face à l'insécurité.

Qu'est-ce que cette enquête ? Il s'agit de la neuvième enquête annuelle dite de "victimation", portant sur l'année 2014, publiée par l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) et l'Insee. Elle consiste à interroger les Français sur les faits de délinquance dont ils disent avoir été victimes. Elle est, selon ses instigateurs, le "reflet exact" de l'insécurité ressentie, ou non, par la population (plus de 15.000 personnes âgées de 14 ans et plus ont été interrogées) et tranche fortement avec les statistiques officielles.

Un seuil encore jamais franchi. "Pour la première fois depuis le début de la décennie 2010", observe l'ONDRP, le nombre de personnes adultes disant avoir été victimes de violences physiques ou sexuelles en 2013/1014 "est supérieur à deux millions".  Ce "seuil", encore jamais franchi les années précédentes, est dû au nombre de femmes qui ont dit aux enquêteurs de l'Insee et de l'observatoire, avoir été victime de violences physiques pour lesquelles le taux de plainte est souvent très bas, selon l'ONDRP. Il est passé de 860.000, lors de l'enquête 2014 (portant sur l'année 2013), à plus d'un million cette année.

Le terrorisme. Interrogés sur les "problèmes les plus préoccupants dans la société" actuellement, les Français mettent au second plan le terrorisme (17,7%) après le chômage (38,3%). La crainte du terrorisme n'avait jusque là jamais dépassé 5%. L'ONDRP avance une explication: ils ont été sondés au début de l'année en pleine période des attentats de janvier 2015.