Lelandais mis hors de cause dans la disparition d'Estelle : "Il n'y a pas de déception", confie Éric Mouzin

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Eric Mouzin a réagi vendredi sur Europe 1 à la mise hors de cause de Nordahl Lelandais dans la disparition de sa fille de 9 ans en 2003 en Seine-et-Marne.

TÉMOIGNAGE EUROPE 1

Il ne se dit pas déçu mais attend toujours une progression de l’enquête. Le père d’Estelle Mouzin, 9 ans, disparue en 2003 en Seine-et-Marne, a réagi vendredi sur Europe 1 à la mise hors de cause dans l’enquête sur cette disparition de Nordahl Lelandais, mis en examen dans les affaires Maëlys et Arthur Noyer. "L’emballement médiatique sur cette personne a fait que tout le monde en a parlé mais il n’y a pas de déception", a affirmé sur Europe 1 Éric Mouzin, qui a été notifié de la nouvelle par un courrier de la juge d'instruction vendredi. 

Nordahl Lelandais se trouvait en Guyane. L’hypothèse de l’implication de Nordahl Lelandais dans la disparition d’Estelle Mouzin a été écartée par les enquêteurs cette semaine. L'avocat d’Éric Mouzin avait demandé au juge chargé du dossier de se mettre en relation avec les enquêteurs de l'affaire Maëlys. Il avait précisé qu'en 2003, Nordahl Lelandais se trouvait à Suippes, à environ 150 kilomètres de Guermantes, lieu de la disparition d'Estelle. Après vérifications, il s’est avéré que Nordahl Lelandais se trouvait en Guyane, avec le 132ème bataillon cynophile, au moment de la disparition d’Estelle le 9 janvier 2003. L’ancien militaire n’est rentré en métropole que plusieurs semaines plus tard, au camp militaire de Suippes, dans la Marne, selon les informations d'Europe 1.

"Ça fait partie, je ne dirais pas de la routine, mais pratiquement. Des vérifications doivent être entreprises systématiquement" dans les affaires de disparition, a par ailleurs ajouté Éric Mouzin. À chaque enlèvement ou tentative d'enlèvement d'enfant, des vérifications (ADN, téléphonie, etc) sont faites pour savoir si Estelle aurait pu croiser la route de suspects, avait rappelé Éric Mouzin jeudi à l'AFP.

"Se projeter sur un éventuel jugement". Éric Mouzin ne désespère pas de trouver le responsable de la disparition de sa fille. "Si on arrivait à trouver la personne qui a enlevé Estelle, ça serait très bien", concède-t-il. Et d’espérer que les enquêteurs puissent enfin trouver bientôt des éléments concrets sur la disparition de sa fille, quinze ans après les faits : "On en a tous besoin pour pouvoir passer à autre chose, consacrer notre énergie non plus à faire progresser l’enquête mais à se projeter sur un éventuel jugement."