Le plan de Françoise Nyssen pour féminiser le milieu de la culture

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

La ministre de la Culture entame ce mercredi une large réflexion pour permettre l'égalité hommes-femmes dans la culture, autant au niveau des salaires que des postes.

La ministre de la culture réunit ce mercredi un comité ministériel sur l'égalité entre les hommes et les femmes dans le milieu de la culture. Françoise Nyssen va présenter sa feuille de route pour les quatre ans à venir avec des mesures en faveur de l'égalité salariale : 100.000 euros par an pour résorber l'écart de rémunération du personnel au sein du ministère de la Culture, écart qui est actuellement de 10%. La ministre va aussi annoncer d'autres mesures, moins consensuelles, qui pourraient susciter de vives réactions.

Influer sur la programmation. Dans sa feuille de route, Françoise Nyssen veut influer directement sur la programmation : elle souhaite plus de compositrices dans les œuvres jouées, plus d'auteures de théâtre, plus de metteuses en scène aussi. Aujourd'hui, dans le milieu du spectacle vivant, on ne compte que 6% de femmes cheffes d'orchestre et 2% de compositrices. Demain, le public sera ainsi amené à découvrir ou redécouvrir Hélène de Montgeroult, Clara Schumann ou encore Betsy Jolas.

Augmenter le nombre de femmes auteures et metteurs en scène. Au théâtre, il est difficile de citer d'autres auteures que Yasmina Reza. Même constat du côté de la mise en scène. Et même si Isabelle Nanty - madame Tuche au cinéma - a déjà mis en scène un Feydeau à la Comédie française, cela reste exceptionnel. Les 350 salles et autres centres d'art labellisés ministère de la Culture devront donc monter en puissance. L'augmentation des collaborations féminines devrait être de l'ordre de 5 à 10% par an. Pour l'instant, aucune sanction n'est envisagée, du moins pas avant un premier bilan au mois de juin.

Viser la direction des établissements publics. Un autre élément pourrait faire grincer quelques dents : l'objectif de parité à la tête des 75 établissements publics de la culture. Seules 25 femmes en dirigent à l'heure actuelle, à l'instar de Catherine Pégard au château de Versailles ou Frédérique Bredin au Centre national du cinéma. Il va donc falloir faire de la place et susciter des candidatures féminines à ces postes prestigieux.