Le gouvernement va lancer un plan d'inclusion numérique

  • A
  • A
Le gouvernement va lancer un plan d'inclusion numérique
Le secrétaire d'Etat chargé du numérique souhaite "structurer" et "financer" un réseau "d'associations de médiation numérique". @ STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Partagez sur :

Le secrétaire d'Etat chargé du numérique, Mounir Mahjoubi, veut identifier les "20% de Français qui ne savent pas utiliser internet".

Le gouvernement va lancer la semaine prochaine une "stratégie nationale d'inclusion numérique" pour venir à la rescousse des gens qui ne savent pas utiliser internet, a indiqué vendredi le secrétaire d'Etat chargé du numérique, Mounir Mahjoubi.

20% de Français exclus du numérique. "Ça ne sert à rien" de développer la numérisation des démarches administratives ou d'encourager le développement des start-ups françaises "s'il y a 20% des Français qui ne savent pas utiliser internet", a déclaré Mounir Mahjoubi sur Radio Classique/Paris Première. "C'est pour cela que la semaine prochaine, avec les départements, avec les régions, avec les opérateurs sociaux, on va annoncer le début d'une démarche qui s'appelle la stratégie nationale d'inclusion numérique", a-t-il dit.

Pour un réseau "d'associations de médiation numérique". "Dans chaque département, on va trouver des solutions" pour "identifier" les personnes qui ne savent pas utiliser internet, et "structurer" et "financer" un réseau "d'associations de médiation numérique" pour les accompagner, a-t-il expliqué. Il faut que les services publics puissent "continuer à accueillir de façon universelle", a-t-il souligné.

Des médiateurs en préfecture. Certaines démarches comme l'obtention d'une carte grise ou d'un permis de conduire sont désormais uniquement réalisables en ligne, les guichets spécialisés des préfectures ayant été fermés. Des médiateurs numériques sont en principe mis en place dans les préfectures pour aider les usagers dans leurs démarches, mais leur efficacité a été critiquée par des associations comme l'Automobile club association. L'association a écrit récemment au ministère de l'Intérieur pour réclamer qu'un "nombre suffisant" de médiateurs soit déployé, et qu'ils soient "suffisamment formés pour seconder efficacement".

Selon Mounir Mahjoubi, il y a 13 millions de personnes en France qui "ne savent pas se connecter".