"Le FN est une puissance solitaire. Et une puissance solitaire ne gagne pas les présidentielles"

  • A
  • A
"Le FN est une puissance solitaire. Et une puissance solitaire ne gagne pas les présidentielles"
Partagez sur :

Le politologue et spécialiste du Front National Pascal Perrineau est l'invité du Club de la Presse vendredi 1er janvier. L'occasion d'aborder pour cette nouvelle année, ce qui nous attend en politique. 

La victoire du FN est impossible. Vendredi soir, l’invité du "Club de la Presse" est Pascal Perrineau, politologue, professeur à Sciences Po, spécialiste de la sociologie électorale et du Front National. Interrogé par Arlette Chabot, Gérard Carreyrou et David Doukhan, il a parlé des élections présidentielles de 2017 et notamment du possible sucés du Front National de Marine Le Pen. Pour lui, cette victoire est absolument impossible car, "aucun parti, sous la cinquième République, ne peut accéder seul au pouvoir. Tous les présidents de la République, de gauche comme de droite, qui ont gagné les présidentielles, étaient à la tête de coalition. Donc pour Marine Le Pen, il n’y aura pas d’exception. Le FN est une puissance impressionnante au plan électoral mais c’est une puissance solitaire. Et une puissance solitaire ne gagne pas un second tour d’élections présidentielles", a-t-il affirmé. 

Le même scénario que 2002. Selon le politologue, auteur de La France au Front, "le scénario le plus probable est donc que Marine Le Pen arrive en tête ou en seconde position au premier tour des élections présidentielles et que pour le second tour, elle fasse comme Jean-Marie Le Pen en 2002". Même s'il l'admet, "il y a deux zones de fragilité que le Front National peut toutefois exploiter. La première c’est des primaires à droite qui tournent mal. C'est par exemple un Nicolas Sarkozy qui ne parvient pas au second tour des primaires de son parti". Alors forcément, Marine Le Pen pourrait se nourrir des frustrations de certains électeurs car "le rêve de Marine Le Pen c’est de se retrouver au second tour avec François Hollande" assure Pascal Perrineau. 

>> Retrouvez l'intégralité du Club de la presse du 1er janvier :