Le critique culinaire JP Gené est mort

  • A
  • A
Le critique culinaire JP Gené est mort
JP Géné, qui était critique gastronomique pour Le Monde où il tenait la rubrique "Goûts" depuis 2004, est mort jeudi à Paris à 67 ans, a annoncé le quotidien sur son site internet.@ AFP
Partagez sur :

Jean-Paul Généraux, dit JP Géné, tenait la rubrique "Goûts" dans le journal "Le Monde" depuis 2004. Il est mort jeudi à Paris, à 67 ans.

JP Géné, qui était critique gastronomique pour Le Monde où il tenait la rubrique "Goûts" depuis 2004, est mort jeudi à Paris à 67 ans, a annoncé le quotidien sur son site internet.

Le prix Hachette, remis pour la première fois à critique culinaire. "Par son parcours, son talent et sa personnalité, JP Géné était un journaliste hors du commun. Son style et l'originalité de son regard lui valaient, depuis des années, un attachement particulier de nombre de lecteurs qui l'avaient suivi avec fidélité de Monde 2, où il était arrivé en 2004, au Monde Magazine et M, puis dans dans le quotidien", écrit dans un billet le directeur du journal Jérôme Fenoglio. "Sa plume lui avait valu de recevoir en 2008 le prix Hachette, pour la première fois décerné à un chroniqueur gastronomique", poursuit-il.



"Chroniqueur globe-trotteur". Ce "personnage hors norme" est décédé des suites d'une "maladie sans rémission", selon le quotidien. Il y a quelques semaines, il avait écrit à quelques confrères journalistes pour les informer de sa maladie. De son vrai nom Jean-Paul Généraux, il était né en juin 1949 à Nancy. Il a débuté sa carrière de journaliste à Libération en 1974 où il est resté jusqu'en 1981. Il rejoint plus tard la deuxième formule de Libé, de 1985 à 1996. JP Gené avait également travaillé sur Europe 1 : lors de la saison 201-2016, il était aux côtés de Guy Roux et de Philippe Bilger, pour la chronique "Les partis pris", dans Dimanche magazine, présenté par Patrick Roger.

gene

Ce "chroniqueur globe-trotteur" était aussi un "adversaire acharné de la malbouffe", militant de gauche et "défenseur de la dépénalisation du cannabis", écrit le journaliste du Monde Bruno Philip.