Le chiot arraché à un SDF va lui être rendu

  • A
  • A
Le chiot arraché à un SDF va lui être rendu
Antony Blanchard avait arraché un chiot à un SDF le 19 septembre dernier à Paris@ Capture d'image Youtube
Partagez sur :

Antony Blanchard, président de l’association Cause animale Nord, a été placé en garde à vue jeudi, deux semaines après avoir arraché un chiot à un SDF aux Halles, à Paris. L’animal va être remis à la police.

L’histoire avait suscité la colère de nombreux internautes. Le 19 septembre dernier, dans le quartier des Halles à Paris, plusieurs personnes avaient arraché un chiot, Linda, à son propriétaire, un SDF d’origine roumaine. La scène avait été filmée par un passant, choqué par les méthodes pour le moins musclées de ces défenseurs autoproclamés des animaux. Jeudi, Antony Blanchard, président de l’association Cause animale Nord, celui qui a arraché l’animal, a été placé en garde à vue avant d’être libéré contre la promesse de rendre le chien, selon le site planeteanimaux.com.

"Les papiers de la chienne seraient bien en règle". Alors que les militants de l’association affirmaient que l’animal était drogué et maltraité, voire même issu d’un réseau international illégal, ils ont fait vendredi leur mea culpa. "(Les policiers) m’ont expliqué avoir entendu plusieurs personnes et enquêté. Selon eux, le SDF Roumain ne fait partie d’aucun réseau et il ne fait pas de trafic", explique Antony Blanchard à planeteanimaux.com. "De plus, les papiers de la chienne s’avèrent finalement être en règle. En fait, ceux qui ont circulé partout sur Internet, ceux issus d’une vidéo, ne seraient pas les papiers de Linda. Les vrais papiers de la chienne seraient bien en règle". Le chiot devrait être remis au commissariat samedi, avant d’être probablement rendu à son maître.

Postée sur Youtube, la vidéo du vol avait provoqué l’émoi de nombreux internautes.

Une pétition a même été lancée sur le site change.org. A 17 heures vendredi, elle avait recueilli pas moins de 240.000 signatures. "Je suis en tort, mais ça partait d’un bon sentiment, je voulais sincèrement aider Linda", s’est justifié Antony Blanchard, qui nie toute violence. L’homme est tout de même inculpé pour "vol en réunion avec agression".