L'autre testament de Johnny Hallyday, une arme pour ses enfants ?

  • A
  • A
L'autre testament de Johnny Hallyday, une arme pour ses enfants ?
Selon Le Parisien, un testament antérieur prévoyait un partage équitable entre les différents héritiers (photo d'archives). @ AFP
Partagez sur :

Avant le texte léguant tout son patrimoine à sa femme Laeticia, le chanteur en avait rédigé un autre, optant pour une répartition équitable entre ses héritiers.

Laura Smet et son frère David Hallyday veulent se battre. Lundi, la jeune femme a annoncé avoir demandé à ses avocats de "mener toutes les actions de droit" pour contester les dispositions testamentaires de son père, mort il y a un peu plus de deux mois. Celles-ci confient "l'ensemble de son patrimoine et de ses droits d'artiste" exclusivement à son épouse Laeticia, excluant les deux enfants aînés du chanteur. Mais pour mener ce qui s'annonce comme une guerre judiciaire, les conseils des héritiers déçus entendent s'appuyer sur un autre document, antérieur à celui invoqué par la veuve.

Le texte rédigé en 2014 favorable à Laeticia... Le testament contesté s'appuie sur le droit américain, qui permet de choisir ses légataires et donc d'exclure totalement un ou plusieurs de ses enfants - ce qui n'est pas permis en France. Selon Le Point, il n'est long que de quelques lignes et a été rédigé en 2014. Il aurait par ailleurs été signé au domicile français de la famille Hallyday, à Marnes-la-Coquette, et pas dans leur villa de Los Angeles. "Ce testament prévoit aussi qu'en cas de prédécès de son épouse, l'ensemble des biens et des droits de Jean-Philippe Smet (le vrai nom de "Johnny", ndlr) seraient exclusivement transmis à ses deux filles Jade et Joy (adoptées avec Laeticia Hallyday et âgées de 10 et 13 ans, ndlr), par parts égales", selon le communiqué de Laura Smet.

… Un autre, plus ancien, pour un partage égal.Le Parisienrapporte l'existence d'un testament antérieur, rédigé par l'idole des jeunes en France, à la fin des années 2000. Un document "on ne peut plus classique" selon un proche du chanteur, interrogé par le journal. "C'était un testament équitable. Johnny et Laeticia avaient signé une dotation au dernier vivant, ce qui voulait dire qu'à sa mort, sa femme recevait un tiers de son patrimoine personnel, et artistique. Et les deux autres tiers étaient répartis entre les enfants : David, Laura, Joy et Jade." D'après d'anciens proches, Johnny Hallyday répétait alors vouloir "protéger" à la fois son épouse et ses héritiers.

Une installation "ancienne et durable" en Californie ? Le testament de 2014 précise explicitement qu'il rend l'autre texte obsolète. Mais ce dernier pourrait refaire surface si les avocats de Laura Smet et David Hallyday parviennent à prouver la "nullité" du document qu'ils contestent. L'un des enjeux sera de déterminer si l'installation du chanteur en Californie était "ancienne et durable" : ils pourraient notamment arguer qu'avant sa mort, le septuagénaire était revenu en France pour suivre son traitement médical.

Héritage : la lettre de Laura Smet à Johnny Hallyday :

La jurisprudence Maurice Jarre. Car selon un règlement européen entré en vigueur en 2015, la succession doit "être régie selon la loi de l'État dans lequel le défunt avait sa résidence habituelle au moment de son décès". Outre ce critère, la Cour de cassation a récemment donné tort aux enfants du compositeur Maurice Jarre, exclus de son héritage au profit de son épouse, avec qui il vivait également aux Etats-Unis. Dans ce cas, qui pourrait faire jurisprudence, la Cour avait également retenu le fait que les enfants ne soutenaient pas "se trouver dans une situation de précarité économique ou de besoin". Reste que le défunt résidait outre-Atlantique depuis 1965, là où Johnny Hallyday ne s'y est installé que dans les années 2000. Et aucun autre testament n'avait été retrouvé.