L'association L214 revient à la charge sur le broyage des canetons

  • A
  • A
L'association L214 revient à la charge sur le broyage des canetons
Image d'illustration@ FRANK PERRY / AFP
Partagez sur :

L'association de défense des animaux L214 veut dénoncer les conditions d'élevage des couvoirs à canards destinés à la production de foie gras en France. Sa méthode : diffuser des images choc. 

A quelques jours de Noël, voilà une vidéo (attention, certaines images peuvent choquer) qui pourrait bien vous passer l'envie de manger du foie gras. L'association de défense des animaux L214 a publié lundi deux vidéos, tournées en France, dans un couvoir et un élevage de canards destinés à la production de foie gras. En publiant ces images choquantes, l'association souhaite dénoncer les conditions d'élevage et d'abattage des animaux.

Le processus de tri des canetons mis en cause. Une première vidéo, tournée clandestinement dans un couvoir des Pays-de-la-Loire, montre le procédé de tri des canetons avant leur expédition dans les élevages. "Dans la production de foie gras, seuls les canards mâles sont utilisés, les canetons femelles sont généralement broyés à la naissance", explique le texte accompagnant la vidéo. La vidéo montre aussi "l'épointage", une opération qui consiste à couper le bec des canetons afin qu'ils ne se blessent pas entre eux dans les élevages intensifs. L'opération est réalisée avec des pièces métalliques chauffées à blanc, à la chaîne. Les canetons sont préalablement vaccinés, notamment contre la grippe aviaire qui sévit en ce moment dans les exploitations. La seconde vidéo montre, elle, les méthodes d'insémination des canes.

Des méthodes alternatives sont en cours de recherche. Contactée par Europe 1, l'association ne souhaite pas préciser où ont été tournées ces images et précise que c'est un employé qui travaille dans le couvoir, dont on ne connaît donc pas précisément l'emplacement, qui a filmé les scènes en caméra cachée.

Cette campagne choc fait écho à la précédente campagne de l'association en août dernier, où, revendiquant le soutien de 36 parlementaires, l'association de défense des animaux avait sollicité une rencontre avec Stéphane Le Foll sur ce sujet précisément. 

Contacté par Europe 1, le ministère de l'Agriculture a souhaité répondre à L214. "Des recherches alternatives au broyage des poussins d'un jour sont en cours". "Il y a, par exemple, la technique du repérage du sexe dès l’œuf ce qui permettra de détruire l'embryon avant la naissance, une technique qui pourrait être au point d'ici un ou deux ans". En attendant, le ministère "a développé des filières d'export des canettes". Elles sont en effet élevées pour fournir des canettes à rôtir, des filets ou des aiguillettes et sont également exportées vers des pays où les ressources en volailles sont insuffisantes par rapport à la demande.