"La 'Machine à lire' est une incitation à prendre sa lecture en main"

  • A
  • A
0 partage

Le linguiste Alain Bentolila a inventé une application pour guider vers la lecture les personnes qui en sont éloignées.

INTERVIEW

Une application peut-elle donner le goût de la lecture ? C'est le pari du linguiste Alain Bentolila, inventeur de la "Machine à lire", testée depuis deux ans au Havre, en Seine-Maritime. "Il s'agit de tirer les utilisateurs vers une lecture de plus en plus autonome", explique-t-il mardi dans Europe Midi. Le sicientifique, qui a créé cette application à l'université Paris 5, espère "faire entrer dans la perspective de la lecture longue, du livre, ceux qui n’y étaient pas".

Devenir autonome dans la lecture. Concrètement, la "Machine à lire" propose aux lecteurs en herbe d'alterner entre l'écoute et la lecture de passages d'un livre. "C'est une incitation à prendre sa lecture en main. On arrive, par une alternance de plus en plus exigeante, à quelque chose qui est de l'ordre de 70% de lecture autonome pour 30% d'écoute", se réjouit-il. Cette méthode a vocation à être utilisée dans et en dehors du cadre scolaire. "Ce que j’espère, c’est qu’une proposition de ce type va faire entrer au collège des enfants qui ne se feront pas massacrer", appuie Alain Bentolila. 

Il estime que les adultes et les encadrants utilisant la "Machine à lire" avec des jeunes ou des enfants doivent y être formés. Outre le fait d'inciter à lire plus et plus longtemps, le linguiste espère guider ses utilisateurs vers une bonne compréhension des textes. Le mot "guider" a son importance pour le scientifique. "Il ne faut surtout pas imaginer qu’on peut imposer comme ça quelque chose", insiste-t-il. L'application, entièrement gratuite, est disponible sur mobile, tablette et ordinateur.