La France se prépare à ouvrir son premier centre de "déradicalisation"

  • A
  • A
La France se prépare à ouvrir son premier centre de "déradicalisation"
@ AFP
Partagez sur :

Après la mise en place d'un numéro vert et de cellules de prévention, le gouvernement s'apprête à ouvrir son premier centre de déradicalisation début 2016.

C'est une promesse de Manuel Valls après les attentats de janvier et de novembre dernier : l'ouverture d'un centre de "déradicalisation" en France. Sur le papier, l'idée séduit mais il reste encore des obstacles à franchir.

Trouver un endroit. Voilà le premier dilemme du gouvernement : où implanter ce premier centre ? La date d'ouverture est fixée, ce devrait être en mars prochain, mais le lieu, lui, est toujours inconnu. "C'est un problème politique", confie l'un des concepteurs du projet. Personne n'a envie d'accueillir dans sa commune des personnes qui peuvent être perçues comme de potentiels terroristes.

Le nom approprié. Il y a ensuite la question du nom. Selon un psychanalyste, un centre de "déradicalisation" n'a pas de sens. "On ne va pas faire de lavage de cerveau", remarque-t-il. Certains optent davantage pour une appellation plus pédagogue comme un "centre de réinsertion et de citoyenneté".

10 mois de prise en charge. Le programme durera dix mois avec comme objectif de permettre aux jeunes de retrouver une place dans la société. La prise en charge sera psychologique, pédagogique, avec des modules de citoyenneté, et par exemple la levée de drapeau hebdomadaire, mais aussi professionnelle avec une aide à la réinsertion.

Prévention et action. Deux types de structure devraient voir le jour. Dans la première, celle qui devrait ouvrir prochainement, on accueillera des personnes à titre préventif, des jeunes en voie de radicalisation, a priori sur la base du volontariat. La seconde cellule sera davantage consacrée à ceux qui sont allés très loin dans la radicalisation. Ces personnes y seront envoyées sous l'injonction d'un juge et les centres seront alors fermés.

Chaque établissement pourra recevoir une trentaine de jeunes pour un coût estimé entre 1 et 1,5 million d'euros par an.

Un centre déjà ouvert en Belgique

Après 15 jours d’immersion en Syrie, un chercheur belge a crée un centre de "déradicalisation" à Malines, au nord de Bruxelles. Pour son fondateur, Montasser Alde’emeh, il s'agit "d'un lieu de connaissance, de recherche et d’accompagnement" selon ses termes. En somme, un endroit pour détourner les jeunes de l’extrémisme violent. Le chercheur ne s’en cache pas, il souhaite les "intellectualiser" et leur donner "des connaissances historiques sur l’islam, le Coran et le prophète".