Grève à la SNCF et la RATP : quelques perturbations en vue mardi

  • A
  • A
Grève à la SNCF et la RATP : quelques perturbations en vue mardi
@ REUTERS
Partagez sur :

PRÉAVIS DE GRÈVE - La CGT appelle à la grève mardi à la SNCF et à la RATP, ainsi que dans les aéroports parisiens.

La journée de mardi s'annonce compliquée dans les transports : la CGT a déposé des préavis de grève à la SNCF et à la RATP, dans le cadre d'une journée de mobilisation nationale pour la défense du service public dans les transports. Les deux compagnies se veulent toutefois rassurantes.

Trafic "quasi normal" à la SNCF et la RATP. Pas de panique toutefois : la RATP prévoit un "trafic normal ou quasi normal" dans les métros, les RER, les bus et les tramways, même si "quelques perturbations" sont "possibles, très ponctuellement, sur le réseau bus".

A la SNCF, le préavis de grève court du lundi, 19 heures, jusqu'au mercredi, 8 heures. Dimanche, la compagnie ferroviaire a indiqué qu'elle prévoyait un trafic normal pour la journée de mardi, sur les grandes lignes et en Ile-de-France. Des perturbations sont attendues toutefois sur certaines lignes Intercités et TER, a ajouté la SNCF, citant notamment les villes de Tarbes, Agen, Orléans, et la région de Marseille. La CGT appelle mardi à des arrêts de travail dans les transports ferroviaires et urbains, au nom de la défense du service public.

D'autres préavis de grève ont aussi été déposés dans les aéroports parisiens et dans les transports urbains en province.

Contre la réforme du rail. La CGT entend notamment protester contre la réforme du rail, votée pendant l'été malgré deux semaines de grèves des cheminots. Cette réforme "fragilise encore plus l'entreprise nationale SNCF avec des effets qui ne se font pas attendre (fermetures de lignes, fermetures de centaines de guichets, suppressions de contrôleurs sur les TER)", selon la centrale syndicale. Du côté de la RATP, c'est pour défendre "l'emploi, les salaires et le service public" que les agents entendent descendre dans la rue.

Par ailleurs, les Fédérations CGT et FO de l'Énergie appellent à l'action les salariés du secteur des industries électriques et gazières (IEG), qui regroupe notamment EDF et GDF-Suez, "pour un service public répondant à l'intérêt général".