Julien Pearce : "Plus les jours passent et plus c'est difficile"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Julien Pearce, journaliste à Europe 1, était l'invité de l’interview vérité de Thomas Sotto, deux semaines après les attentats qui ont frappé le coeur de Paris.

Le reporter d'Europe 1 était au Bataclan le soir du 13 novembre, dans l'attaque qui a coûté la vie à 89 personnes. Quinze jours après les attentats, Julien Pearce est revenu sur les jours qui ont suivi.

Plus difficile aujourd'hui. Au micro de Thomas Sotto, Julien Pearce a expliqué que plus les jours passaient plus c'était difficile. "Aujourd'hui, c'est plus compliqué que dans les heures qui ont suivi la sortie du Bataclan". Pour autant, le journaliste d'Europe 1 n'a aucune colère en lui. "Je n'en ai pas la force car cela demande de l'énergie". Se laisser gagner par ce sentiment, ça serait aussi et finalement "donner raison aux terroristes".

Envie de comprendre. Egalement interrogé plus précisément sur ce qu'il pensait des terroristes et notamment ceux qu'il avait croisés au Bataclan, Julien Pearce a expliqué qu'il aimerait "pouvoir leur parler et comprendre". Insistant sur la nécessité d'attraper "vivant" Salah Abdeslam, le reporter a également affirmé : "Moi, j'ai envie qu'on l'arrête et qu'il soit jugé".

Importance de l'hommage national. "C'est important pour moi d'être à l'hommage et de dire au revoir aux victimes". Parmi les 130 victimes des attentats, 89 se trouvaient au Bataclan : "elles étaient juste à côté de nous et tout ça, être en vie ou pas, on ne le doit qu'à la chance", a-t-il commenté. Le jeune homme a également confié être "abîmé, mais pas de manière irrémédiable", avant de conclure : "Je ne reviendrai plus au Bataclan et je n'ai pas envie qu'il rouvre".

> Réécoutez son interview : 


Julien Pearce : "Je n'ai aucune colère en moi...par Europe1fr

Le lendemain matin des attaques, Julien Pearce avait livré un premier long témoignage à chaud. Réécoutez-le : 


Attentats à Paris : le récit de notre...par Europe1fr