"J'étais sonné" : le policier attaqué à Notre-Dame se confie

  • A
  • A
Partagez sur :

EXCLUSIF - Sorti de l'hôpital, le policier blessé à coup de marteau par Farid I., mardi à Paris, raconte l'angoisse de son agression, mais aussi son envie de reprendre le travail.  

EXCLUSIF

Il est sorti de l'hôpital dès mardi soir, quelques heures seulement après son agression. David*, 22 ans, policier pris pour cible par Farid I. sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame, a été légèrement blessé à la tête mais ne conserve aucune séquelle et entend rapidement reprendre les patrouilles. Au lendemain de l'attaque, le jeune fonctionnaire s'est confié en exclusivité au micro de Salomé Legrand, journaliste au service police-justice d'Europe 1. 

"Quelqu'un qui avait préparé son attaque". "On renseignait un touriste qui nous demandait la direction pour aller vers Montparnasse", raconte David. "Je me retourne pour reprendre ma patrouille, et là l'individu sort d'un groupe de personnes. Ma collègue me crie 'attention', et je prends un coup de marteau à l'arrière de la tête." Le policier se jette alors au sol, pendant qu'un autre fonctionnaire ouvre le feu. "Je me suis dit que s'il arrivait à me mettre le deuxième coup, je serais défiguré, si ce n'est plus." Farid I. se met alors à crier "c'est pour la Syrie, c'est pour la Syrie". "J'ai réalisé que c'était pas un fou, c'était quelqu'un qui avait préparé son attaque pour nous avoir", souffle David, qui décrit un assaillant "déterminé".  

Entendu sur Europe 1
Je me sens apte à repartir et à reprendre mon travail normalement

"On n'a pas dormi cette nuit". Une fois l'individu neutralisé, David a été pris d'un léger malaise. "J'étais sonné par le coup", explique-t-il. "Après avoir été examiné par le médecin, c'était une bosse et un petit traumatisme crânien, rien de méchant. On s'en sort plutôt bien", poursuit le policier, qui assure que ses deux collègues "vont super bien". "C'est un peu difficile mentalement", reconnaît-il tout de même. "On n'a pas dormi cette nuit… Mais on est suivis par notre hiérarchie, qui a pris de nos nouvelles, et on a un soutien psychologique qui s'est mis en place."

"On a évité le pire". "Je me sens apte à repartir et à reprendre mon travail normalement", affirme déjà David. "Mais quand je revois la vidéo, je me dis vraiment qu'on a évité le pire". Les images filmées par une caméra de vidéosurveillance et dont Europe 1 s'est procuré une copie, montrent en effet une attaque aussi soudaine que violente, au milieu des touristes visitant le quartier de Notre-Dame.  

Dès mardi soir, une enquête sur cette agression a été ouverte par la section antiterroriste du parquet de Paris. Mercredi, les investigations se sont concentrées sur la personnalité de Farid I., 40 ans, qui poursuivait une thèse en sciences de l'information et de la communication à l'université de Lorraine, à Metz. Le suspect, chez qui les policiers ont retrouvé une vidéo d'allégeance à l'Etat islamique, n'avait jamais fait l'objet d'aucun signalement pour radicalisation. 

*Son prénom a été modifié à sa demande