IVG - Aurore Bergé (LR) : "On peut se faire abuser par certains sites"

  • A
  • A
IVG - Aurore Bergé (LR) : "On peut se faire abuser par certains sites"
Le délit d'entrave à l'IVG sanctionne les personnes qui tenteraient d'empêcher une IVG. (Illustration)@ AFP
Partagez sur :

Aurore Bergé, élue LR des Yvelines, défend la loi qui introduit un délit d’entrave numérique à l’IVG. 

La proposition de loi socialiste pour élargir le délit d’entrave à l’IVG, qui sanctionne les personnes qui tenteraient d’empêcher un avortement, suscite une levée de bouclier à droite. Certains élus Les Républicains, comme Aurore Bergé, ne partagent cependant pas l’avis de leur camp. "On peut se faire abuser par des sites internet qui se revendiquent comme des sites neutres, qui en fait cherchent à désinformer et à culpabiliser", a affirmé cette proche d’Alain Juppé, interrogé jeudi soir par Europe 1.  

"Une adolescente pourrait se laisser abuser par ces sites." Aurore Bergé a ainsi appelé le numéro vert du site IVG.net, qui a tenté de la convaincre de ne pas avorter. "J’ai voulu tester le parcours d’une femme qui ne saurait pas à qui s’adresser, de taper IVG sur un moteur de recherche. Problème : on peut se faire abuser par des sites se revendiquant comme des sites neutres, qui en fait cherchent à désinformer et à culpabiliser. Ils cherchent même à entraver l’accès à l’IVG", a assuré l’élue des Yvelines.

"Je n’ai eu aucune information sur mes droits, sur un accès à un centre de planning familial. Par contre, à la fin de la conversation, je me suis dit que si j’avais recours à l’IVG je serais stérile, que mon couple ne tiendrait pas ou encore que je ne pourrais pas me remettre psychologiquement. Je n’image pas la souffrance pour une adolescente qui ne saurait pas vers qui se tourner et qui se laisserait abuser par ces sites", a poursuivi Aurore Bergé.

"L’entrave est plus insidieuse mais tout aussi dangereuse." "Avec internet, l’entrave est plus insidieuse mais tout aussi dangereuse. Cette proposition de loi est équilibrée. Il ne faut pas mélanger ce qui est de l’ordre de la liberté d’expression et ce qui est de l’ordre de la manipulation, comme ces sites le pratiquent", a conclu l’élue LR.

Créé par une loi de 1993 et étendu en 2001, puis 2014, le délit d'entrave sanctionne le fait d'empêcher ou de tenter d'empêcher une IVG en perturbant l'accès aux établissements ou en exerçant des menaces sur le personnel ou les femmes concernées.