Interdiction du burkini : la commune de Cap d'Ail prend à son tour un arrêté

  • A
  • A
Interdiction du burkini : la commune de Cap d'Ail prend à son tour un arrêté
@ AFP
Partagez sur :

La commune de Cap d'Ail, limitrophe de la principauté de Monaco, a pris un arrêté municipal interdisant le burkini. 

Une nouvelle commune a pris la décision d'interdire le port du burkini sur ses plages. Cap d'Ail, dans les Alpes-Maritimes, a pris un arrêté municipal interdisant le burkini, à l'instar de trois autres communes du département, Cannes, Villeneuve-Loubet et Mandelieu-La Napoule.

"Une personne se baignait en burkini sur la plage de la Mala". "On nous a rapporté qu'une personne se baignait en burkini sur la plage de la Mala", l'une des deux plages de la commune, indique-t-on dans l'entourage du maire pour expliquer cette décision. Comme dans les autres villes du département ayant pris ce type de décision, l'arrêté pris mardi par le maire Les Républicains Xavier Beck stipule que "l'accès aux plages et la baignade sur la commune de Cap d'Ail sont interdits à compter de la signature du présent arrêté jusqu'au 21 septembre 2016, à toute personne n'ayant pas une tenue correcte, respectueuse des bonnes moeurs et de la laïcité, respectant les règles d'hygiène et de sécurité des baignades adaptées au service public balnéaire".

L'arrêté indique encore que "dans le contexte particulier" des attentats terroristes en France, "une tenue de plage manifestant de manière ostentatoire une appartenance religieuse (...) est de nature à créer des troubles à l'ordre public (...) qu'il est nécessaire de prévenir." Les communes du Touquet et d'Oye-Plage (Pas-de-Calais), de Sisco (Haute-Corse), et de Leucate (Aude) ont pris des arrêtés similaires.

A Leucate aussi, le burkini interdit. Mercredi, le maire LR de Leucate, Michel Py, a ainsi annoncé avoir signé un arrêté interdisant le burkini, tenue de plage couvrant le corps et la tête de certaines musulmanes, défendant une mesure d'"apaisement" pour éviter des "tensions" sur les plages. "Certains faits m'ont été rapportés ces deux-trois dernières semaines: des femmes qui se baignent en burkini, elles attirent les regards, elles peuvent se sentir stigmatisées et cela peut provoquer des tensions", a indiqué l'édile. "C'est le respect du principe de laïcité, on est dans le domaine public, c'est un signe ostentatoire religieux", a-t-il poursuivi. Le texte sera en vigueur jusqu'au 31 août et concerne les stations de cette commune des Corbières maritimes située entre Narbonne et Perpignan, soit Leucate-plage, Port-Leucate et La Franqui.