INFO E1 - Tariq Ramadan : les raisons qui plaident pour un maintien en détention

  • A
  • A
Partagez sur :

Tariq Ramadan, qui va demander jeudi une remise en liberté, ne devrait pas voir son voeu exaucé, selon les informations d'Europe 1 qui a eu accès au dossier.

INFO EUROPE 1

Les chances de Tariq Ramadan de sortir de prison sont minces. L'islamologue suisse va demander jeudi une remise en liberté contre un placement sous contrôle judiciaire, deux semaines après son incarcération à Fleury-Mérogis après sa mise en examen pour "viol" et "viol sur personne vulnérable". Mais sa requête a assez peu de chances d'aboutir, car selon les informations d'Europe 1, les arguments qu'il développe avaient déjà été écartés par le juge de la liberté et de la détention qui avait statué sur son sort il y a quinze jours. Selon nos informations, il s'était appuyé sur les "déclarations circonstanciées, réitérées et constantes des plaignantes" et la nécessité de faire une confrontation.

Déclarations circonstanciées, réitérées et constantes des plaignantes. Comme il y a quinze jours, le parquet reste en effet favorable au maintien en détention provisoire de Tariq Ramadan. Et la première décision du juge, dont nous avions pu avoir connaissance à l'époque, est accablante. Le magistrat parlait de déclarations particulièrement circonstanciées, réitérées et constantes des plaignantes. Le juge rappelait aussi la nécessité de procéder à une confrontation et a surtout évoqué des "risques non théoriques de pression" sur les plaignantes et sur les témoins.

Protéger plaignantes et témoins. L’une d’elles a même été menacée verbalement par Tariq Ramadan jusqu’en novembre dernier. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les policiers ont entendu des femmes sous X. Ils retiennent le danger pour leur intégrité physique et pour celle de leur entourage. Enfin, pour étayer le risque de fuite, le juge s’était montré particulièrement méfiant envers "les relais financiers et humains" dont disposerait Tariq Ramadan.

Et à ce sujet, Europe 1 est en mesure de vous révéler que Tariq Ramadan, bien que dispensé de cours par l'université d'Oxford, perçoit toujours actuellement 4.000 livres sterling par mois (environ 4.500 euros) de la part d’Oxford. Un "accord avec l’université" pour pouvoir "gérer son affaire actuelle", explique l'intellectuel.

Sa maladie peut-elle peser ? En tout cas il y a quinze jours, le juge avait estimé, selon nos informations, que sa maladie - il souffre d'une sclérose en plaques - n'était "pas incompatible" avec la détention dans la mesure où il peut prendre ses médicaments.