Une femme CRS porte plainte contre ses collègues pour harcèlement

  • A
  • A
Une femme CRS porte plainte contre ses collègues pour harcèlement
@ MAXPPP
Partagez sur :

Après des années de harcèlement et plusieurs signalements à sa hiérarchie restés lettre morte, elle a décidé de porter l'affaire au pénal.

C'est une première. Une femme CRS a porté plainte le mois dernier contre trois hommes de sa compagnie. Elle faisait partie des huit premières femmes à intégrer une Compagnie républicaine de sécurité. Aujourd'hui, elle dénonce un harcèlement quotidien qui a duré plusieurs mois entre 2011 et 2012. Cette plainte, déposée au parquet de Paris, fait suite à plusieurs signalements restés lettre morte. Pour Inès*, qui a toujours rêvé de faire partie d'une compagnie de CRS, il s'agit surtout d'une immense déception.  

"On m'a dit de dégager". La jeune femme de 32 ans raconte comme elle était fière d'intégrer une compagnie en 2010. Elle qui voulait à tout prix "servir", comme le dit la devise des CRS. Mais tout de suite, c'est la douche froide. Des collègues qui la regardent de travers, s'étonnent qu'elle ne leur fasse pas la bise, la bousculent et en viennent même jusqu'à la menacer.

"Plusieurs fois, on m'a dit de dégager, que je n'avais rien à faire dans la police et encore moins chez les CRS", confie-t-elle au micro d'Europe 1. "C'est un harcèlement quotidien avec des gens qui ne voulaient pas travailler avec moi. Parce que je suis une femme ? Ou parce que je suis d'origine maghrébine ?", s'interroge-t-elle encore. "Un jour en instruction, un de mes collègues m'a fait une simulation de masturbation à proximité de mon visage. J'en ai référé à ma hiérarchie et cela a été considéré comme une blague graveleuse", raconte Inès.

" J'avais peur des manifestations". "J'avais peur des manifestations et de manifestants ou des match de foot… parce que quand on arrive, on est stagiaire au bouclier, on est en première ligne. Jamais je n'aurais pensé qu'il fallait que je regarde dans mon dos et m'inquiéter de ceux qui étaient derrière moi. Cela reste une minorité de collègues, mais c'est une minorité toute puissante et menaçante", témoigne-t-elle.  

Depuis 2012, Inès et son avocate ont multiplié les démarches auprès de sa hiérarchie et du ministre de l'Intérieur. Jusqu'ici, cela n'a rien donné et personne n'a été sanctionné : d'où sa plainte au pénal via le parquet de Paris. Aujourd'hui, Inès attend d'être mutée dans un commissariat pour pouvoir enfin exercer son métier de gardien de la paix. Elle s'inquiète en revanche pour le seul collègue masculin qui a dénoncé les faits avec elle et qui, lui, ne bénéficie d'aucune protection.

*Le prénom a été modifié par souci d'anonymat