Haute-Savoie : l'abattage de bouquetins fait polémique

  • A
  • A
Haute-Savoie : l'abattage de bouquetins fait polémique
@ Wikipédia
Partagez sur :

Les opérations d'abattage de bouquetins dans le massif alpin du Bargy, décidé en raison de la brucellose, vont être suspendues

Les opérations d'abattage de bouquetins dans le massif alpin du Bargy, en Haute-Savoie, devraient être suspendues en attendant un recours en justice qui doit être examiné le 19 octobre, selon la Fondation Nicolas Hulot. Interrogé par l'AFP, le ministère de l'Ecologie n'a toutefois ni confirmé ni démenti cette information. La préfecture de Haute-Savoie n'a pas non plus confirmé. Décidées pour faire face à la maladie brucellose, ces opérations ne passent pas pour les défenseurs de l'environnement. 

70 bouquetins abattus en deux jours. "Nous avions beaucoup alerté vendredi et samedi sur ce sujet", indique Matthieu Orphelin, porte-parole de la FNH. L'opération d'abattage avait commencé jeudi pour deux jours, une "première étape" au cours de laquelle 70 bouquetins ont été abattus, selon la préfecture de Haute-Savoie. La brucellose est une maladie infectieuse qui risque selon les éleveurs de contaminer leurs bêtes. Un arrêté préfectoral du 16 septembre a ainsi autorisé l'"euthanasie" de bouquetins séropositifs à l'enzootie par les agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), en "vue de la constitution d'un noyau sain parmi la population des bouquetins du Bargy".

Un abattage jugé contre-productif. Entre 200 à 250 bouquetins (dont 40% sont atteints de la maladie) doivent ainsi être abattus et 75 autres préservés après avoir été marqués. Mais les défenseurs de l'environnement ont attaqué l'arrêté en justice, estimant notamment que les bouquetins ne représentent pas un danger significatif pour le cheptel domestique et jugeant cet abattage contre-productif. Selon eux, il risque d'étendre la maladie aux régions voisines en faisant fuir les animaux. Le tribunal administratif de Grenoble doit examiner l'affaire le 19 octobre.