Harcèlement à l'école : le coup de gueule d'une maman contre Najat Vallaud-Belkacem

  • A
  • A
Partagez sur :

Angèle Martin, la maman de Romain, victime de happy slapping au collège, estime que le plan de la ministre contre le harcèlement scolaire n'est pas à la hauteur. 

INTERVIEW

La ministre de l'Education nationale Najat Vallaud-Belkacem présente jeudi de nouvelles mesures pour prévenir le harcèlement scolaire. Au micro de Thomas Sotto jeudi matin, Angèle Martin, la maman de Romain, victime de happy slapping au collège, a raconté le calvaire vécu par son fils (*). Un jour de novembre 2012, Romain, élève en 5e, est attrapé dans la cour de récréation par une quinzaine d'élèves. "Ils étaient plus jeunes que lui. Ils l'ont maintenu au sol, roué de coups de pied, ont filmé la scène, puis ont mis la vidéo sur Facebook", a témoigné sa mère sur Europe 1. Ce jour-là, Romain rentre chez lui et ne dit rien. "Je n'ai vu que des bleus sur sa hanche. Je n'ai pas réagi, j'aurais dû, mais je n'ai pas réagi, c'est tout", a confié Angèle Martin.

"Il s'est décomposé". Pendant des semaines, Romain garde le silence sur ce qui lui est arrivé. "Quand on appris que Romain avait été tabassé, il n'y a eu aucun changement dans son comportement, mais quand six semaines plus tard, on a appris de façon tout à fait fortuite que son agression avait été filmée et postée sur Facebook, là instantanément, son comportement a changé", s'est remémorée sa mère. "Il s'est décomposé, il était blanc comme un linge".

"Voir le moindre signe". En France, un enfant sur 10 est victime de harcèlement à l'école. Comment un parent peut-il détecter que son enfant en est victime ? Y a-t-il des signes qui ne trompent pas ? "L'élève qui reste seul, qui longe les murs, qui pendant la récréation est assis sur un banc replié sur lui-même, qui fait des cauchemars, qui a les jambes qui tremblent à l'idée de partir à l'école…, tout ça, ce sont des signes" a relaté la maman de Romain. "Il faut surveiller nos enfants et voir le moindre signe", conseille Angèle Martin.

"Je suis en colère". Quel regard porte cette maman sur les mesures annoncées jeudi par la ministre de l'Education nationale ? "Je n'attends qu'une chose, c'est de la rencontrer Madame Belkacem !", a taclé Angèle Martin, qui s'est dit "très, très en colère" contre la ministre. Jeudi 5 novembre, se tiendra une journée nationale contre le harcèlement scolaire. Problème, selon la mère de Romain, par ailleurs professeur d'arts plastiques dans un collège : "cette journée a lieu la semaine prochaine et pas un seul de mes collègues n'est au courant".  "Elle fait soi-disant des choses", a déploré, la voix tremblante, la maman de Romain.

"Elle se moque de qui Madame Belkacem ?" Angèle Martin a pris un autre exemple. "500 personnes ont été embauchées pour faire de la prévention scolaire. Il y a 7.000 collèges. Ces personnes sont à temps partiel, ça fait une personne pour 12 collèges". "Elle se moque de qui Najat Vallaud-Belkacem ?, s'est emportée la maman de Romain, victime de happy-slapping.



Martin : "Elle se moque de qui Madame Belkacem ?"par Europe1fr

(*) Mon fils, victime de happy slapping, Editions Eyrolles