Gironde : l'incendie "fixé", retour "progressif" des personnes évacuées

  • A
  • A
Gironde : l'incendie "fixé", retour "progressif" des personnes évacuées
Les 300 sapeurs-pompiers effectuent désormais un "travail en profondeur", notamment avec des engins lourds traitant le sol.@ AFP
Partagez sur :

L'incendie, l'un des plus importants en France depuis cinq ans, a été fixé par les pompiers, lundi. Les personnes évacuées ont donc pu regagner progressivement leur domicile, dès la fin de journée. 

L'ESSENTIEL

L'incendie de forêt qui a détruit près de 600 hectares en quatre jours, près de Bordeaux, était "fixé" mais pas éteint, lundi soir. 600 pompiers se sont mobilisés contre le feu afin de parer à des reprises de flammes. A la faveur de cette amélioration, les familles évacuées ont pu commencer à rejoindre "progressivement leur habitation" en fin de journée.

• Un incendie "fixé", mais pas circonscrit

• Les évacués sont retournés progressivement chez eux à partir de 17 heures, lundi

• 580 hectares partis en fumée

Encore plusieurs jours avant l'extinction de l'incendie. "La situation est plus favorable que ce (lundi) matin", a déclaré à la presse le préfet de Gironde au PC opérationnel de Saint-Jean-d'Illac, à 20 km au sud-ouest de Bordeaux. "Stabilisé, il peut toujours vous échapper, fixé ça veut dire qu'il ne bouge plus", même si une réactivation est toujours possible, a, quant à lui, expliqué le colonel Dominique Mathieu, directeur-adjoint du Service départemental d'incendie et de secours (SDIS) de Gironde. "Il faudra probablement une semaine pour déclarer le feu éteint", a souligné préfet, annonçant un allègement significatif du dispositif massif mis en place ces derniers jours pour venir à bout de l'incendie : plus de 600 pompiers venus de toute la France et de nombreux avions bombardiers d'eau. 



Les personnes évacuées de retour chez elles. L'amélioration de la situation dans le courant de la journée a permis au préfet de donner l'autorisation aux 500 à 600 personnes évacuées à Saint-Jean-d'Illac et à Pessac, à une vingtaine de kilomètres de Bordeaux, de rejoindre progressivement leur domicile à partir de 17 heures. Les réintégrations se feront "progressivement en commençant par les rues les plus éloignées du front du feu", mais il n'y aura pas de réintégration possible ce lundi "pour une dizaine de maisons situées en bordure de forêt", avait toutefois précisé le préfet de Gironde, Pierre Dartout.

Quelque 600 personnes, 40 familles à Saint-Jean-d'Illac et 80 à Pessac, avaient été évacuées par précaution vendredi soir, puis samedi, l'avance du feu menaçant deux quartiers construits en lisière de forêt. L'immense majorité des évacués avaient été relogés chez des amis ou parents. 



Une enquête en cours. Les causes de l'incendie de Saint-Jean-d'Illac restent pour l'instant inconnues, l'enquête de gendarmerie ne privilégiant aucune hypothèse, criminelle ou accidentelle. Cet incendie est l'un des plus importants des dernières années en Gironde, département recouvert à plus de 45% de forêt et où les multiples départs de feu ne sont pas rares l'été en une journée. En août 2012, un incendie avait détruit plus de 650 hectares de pins près de Lacanau, sans faire de victime.