Gel dans le Bordelais : les vignerons redoutent la catastrophe

  • A
  • A
Partagez sur :

Malgré les promesses d'aides financières pour aider les viticulteurs frappés par le gel, c'est toute une filière qui risque d’engranger d'importantes pertes.

TÉMOIGNAGE EUROPE 1

Plus de la moitié du vignoble bordelais ont été sévèrement touché par le gel. Les évaluations réalisées ces derniers jours sur le terrain révèlent l'ampleur de la catastrophe. Aucune appellation n'a échappé à ce terrible coup de froid.

Une possible perte d'une demi-récolte. Président du syndicat des Bordeaux et Bordeaux supérieur, Bernard Farges estime que la facture va être très lourde pour toute la filière. "La filière viticole bordelaise génère entre 3,8 et 4 milliards d'euros de chiffre d'affaires", rappelle le vigneron. Et les chiffres avancés évoquant parfois la perte d'une demi-récolte, ce qui menace toute la chaîne de production viticole : négoces, verriers, bouchonniers, etc.  

Des aides "largement" insuffisantes. Des pertes lourdes, estimées à 1,5 milliard d'euros, qui ne sauraient être épongées par les aides financières de l'Etat promises vendredi. Bernard Farges en est convaincu : "Les aides d'Etat, nous les demandons à chaque fois mais nous savons tous qu'il n'y en plus." 

Il faut dire que le tableau est également noirci par un début année difficile dans le secteur agricole. "C'est l'ensemble de l’aviculture qui est aujourd'hui très sinistré en 2017. Beaucoup de vignobles français ont été atteints par le gel. L'arboriculture est en grande difficulté, les céréales ont aussi été impactées et nous allons vers une sécheresse de printemps..." Autant d'impacts qui lui laisse penser que les aides débloquées par l'Etat devraient être "largement" insuffisantes. D'autant que selon un étude, seuls 20% des viticulteurs bordelais ont contracté cette année une assurance pour leur récolte.