Fête des pères : pourquoi ce désamour ?

  • A
  • A
Fête des pères : pourquoi ce désamour ?
Partagez sur :

64% des Français souhaiteront une "bonne fête" à leur père dimanche, contre 79% lors de la fête des mères.

La fête des pères, c'est dimanche. Mais tous les "papas" ne devraient pas avoir de cadeau de la part de leur progéniture. Selon un récent sondage OpinionWay pour Groupon, seuls 40% des Français estiment qu'il s'agit d'une fête "importante", soit 10% de moins que la fête des mères. Une étude de YouGov pour MaReduc,  publiée jeudi, donne encore plus de précisions : 64% des Français souhaiteront une "bonne fête" à leur père, contre 79% pour les mères. L'an dernier, enfin, une enquête Toluna/LSA constatait que 35,5% des sondés n’achetaient pas de cadeau pour la fête des pères, contre seulement 15,5% pour la fête des mères. Mais comment expliquer cette différence ?

L'explication commerciale : difficile de trouver un cadeau pour papa. D'après le sondage OpinionWay, 50% des Français ont des difficultés à trouver un cadeau à offrir pour leur père, contre 38% pour leur mère. Les Français, d'ailleurs, se jugent eux-mêmes "moins créatifs", à 66%, pour la fête des pères que pour la fête des mères. "Les entreprises elles-mêmes se montrent moins inventives. Les pubs que l'on voit pour la fête des pères concernent le bricolage, le jardinage ou le vin. C'est extrêmement caricatural !", raille le sociologue spécialiste de la famille Michel Billé, contacté par Europe 1.

L'explication historique : la fête des mères est bien plus officielle en France. Si l'inspiration ne vient pas, c'est peut-être parce que la fête des pères est bien moins ancrée dans l'Histoire de France que celle des mères. Dès 1918, en France, une "journée des mères" est organisée à Lyon. Deux ans plus tard, le ministère de l'Intérieur institue la "journée nationale des mères de famille nombreuse", qui s'accompagne d'une collecte de fonds publics pour certaines de ces familles. Le terme "famille nombreuse" sautera sous Vichy, le gouvernement Pétain souhaitant promouvoir son "modèle" d'une  famille centrée autour de "maman", tandis que "papa" travaille. Le 25 mai 1950, la "journée des mères" se transforme en "fête", et sa célébration est officialisée par une loi.

Rien de tout cela pour la fête des pères. C'est le fabricant de briquets breton Flaminaire qui a l'idée, en 1949, de créer l'évènement, dans un but markéting, pour imposer le briquet à gaz dans l'Hexagone en les faisant offrir aux "papas". La fête sera tout de même officialisée par l'Etat, en 1952, mais par un simple décret, contrairement à celle des mères qui est inscrite dans la loi.

Le lien avec la mère reste ce qu'il y a de plus stable, de plus indélébile

L'explication sociologique : le père n'a pas le même "statut" que la mère. Cette différence de traitement envers les deux fêtes pourrait peut-être s'expliquer par la vision des Français envers de leurs paternels, et par le rôle que leur donne la société. "Jusqu'aux années 70/80, le père était le chef de famille. Mais il y a eu un changement de statut du rôle du père. La loi, d'ailleurs, ne dit plus autorité 'paternelle' mais 'parentale' depuis 1971", rappelle le sociologue Michel Billé, qui enchaîne : "aujourd'hui, le rôle du père n'est pas totalement redéfini. Le lien avec la mère, lui, reste ce qu'il y a de plus stable, de plus indélébile". En 2011, une étude sur les pays de l’OCDE montrait que la mère passait en moyenne 1h40 par jour avec leur enfant contre…  42 minutes pour les pères ! "Notre société s'interroge encore sur ce que c'est qu'être père. Le lien avec le père est comme secondaire. Du coup, s'il y a quelqu'un à fêter, c'est la mère!", conclut Michel Billé.

Pour Christine Castelain-Meunier, sociologue à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), la moindre audience de la fête des pères "reflète effectivement le changement concernant la fonction paternelle". "Mais il reste aussi le symbole, encore très présent, du père de famille d'autrefois. Il a tellement représenté quelqu'un d'important qu'il semble difficile de l'honorer par des petits cadeaux, des fantaisies, surtout lorsqu'on est adulte", explique-t-elle à Europe 1.

Bientôt une nouvelle génération pro-fête des pères ? La donne pourrait-elle se rééquilibrer d'ici quelques années ? Selon OpinionWay, si seulement 32% des 25-34 ans ont une opinion favorable de la fête des pères, cela grimpe à 57% pour les 18-24 ans. "Le sens de l'Histoire va vers des rapports plus horizontaux, moins hiérarchiques, au sein des familles. Les anciens symboles vont s'estomper, et l'on pourra faire des petits cadeaux à son père ! Mais il faudra bien attendre au moins toute une génération", estime  Christine Castelain-Meunier. "Les choses continuent de changer. La dimension sociétale de la fête des pères gagnera du terrain à mesure que le rôle du père se redéfinira", assure, pour sa part, Michel Billé.