"Fake news" : "Je me suis demandé comment allaient faire les jeunes générations pour s'y retrouver"

  • A
  • A
Partagez sur :

Rose-Marie Farinella, ex journaliste désormais enseignante, éduque ses CM2 à l'information depuis quatre ans. Au micro d'Europe 1, elle présente son projet.

INTERVIEW

Lutter contre les "fake news" est une priorité d'Emmanuel Macron. En attendant la loi sur la confiance et la fiabilité de l'information, dont la ministre de la culture Françoise Nyssen a dessiné les contours le 13 février, une institutrice  de Haute-Savoie forme déjà ses élèves de CM2 à débusquer ces fausses informations. Rose-Marie Farinella, qui a reçu le prix mondial de l'Unesco de l'éducation aux médias, est l'invitée de l'émission C'est arrivé demain. Elle explique sa méthode au micro d'Europe 1.

"Pour s'y retrouver". Il y a quatre ans, c'est à partir d'un constat personnel qu'elle s'engage dans la bataille. "Je me sentais dépassée par le fait que je recevais des fausses informations sur ma boîte mail et sur les réseaux sociaux. Et je me suis demandée comment allaient faire les jeunes générations pour s'y retrouver." Ne trouvant rien qui traite déjà du sujet à l'époque, elle décide de créer un outil pédagogique en s'aidant de son passé de journaliste.

Responsables. Ses CM2, soit des élèves à l’orée de l'adolescence, reçoivent une formation continue. "Toute la première partie de l'année, je travaille sur ce qu'est une vraie information, je fais la différence entre publicité et rédactionnel. On explore le métier de journalistes en interviewant des journalistes, mais aussi en faisant des improvisations en se mettant dans leur peau." Et l'institutrice souligne aussi la propre responsabilité des élèves : "Quand on retweete, quand on partage, quand on met un commentaire, on est responsable de ce que l'on poste."

D'où vient l'info ?. L'élément clé, selon elle, est de "repérer la source de l'information : qui a écrit l'article ? Sur quel site (sérieux, douteux, parodique...) ? A quelle date ?. L'instit décortique aussi les photomontages, décrit l'importance du contexte. "Je veux aussi leur faire comprendre pourquoi des fausses informations sont divulguées et leur apprendre comment réagir face aux contenus haineux, racistes, complotistes", bref à devenir des cyber-citoyens.

>> Pour retrouver les travaux de Rose-Marie Farinella : 

Le site de l'inspection nationale de Cluses, où sa progression, avec exercices et corrigés, est en ligne.

La chaîne Youtube Hygiène mentale, sur laquelle elle s'appuie.