Violences à la fac de Montpellier : le doyen démissionne

  • A
  • A
Violences à la fac de Montpellier : le doyen démissionne
@ Capture d'écran Goolge street view
Partagez sur :

Suite à l'expulsion violente d'étudiants qui occupaient un amphithéâtre de la fac de droit de Montpellier, le doyen Philippe Petel, pointé du doigt, a donné sa démission. Elle a été acceptée.

Philippe Petel n'est plus le doyen de la faculté de droit de Montpellier. "Le Président de l'Université de Montpellier a reçu hier soir (vendredi) la démission de Philippe Petel de ses fonctions de Doyen de la Faculté de Droit et de Science Politique à compter de ce jour (samedi) 0h. Il l’a acceptée", explique l'établissement dans un communiqué.

Plusieurs étudiants blessés suite à une expulsion violente. Philippe Petel avait été vivement pointé du doigt après l'expulsion violente d'une centaine d'étudiants qui occupaient un amphithéâtre de la fac pour protester contre la réforme de l'accès à l'université. Une douzaine d'homme cagoulés, armés de tasers et de planches de bois, ont fait irruption dans la nuit de jeudi à vendredi pour les en déloger, faisant "plusieurs blessés" parmi les étudiants.

Le doyen accusé d'être à l'origine de l'expulsion... "Ces gens-là ont été autorisés à rentrer dans la fac armés", témoignait Francis, un étudiant présent sur les lieux, au micro d'Europe 1. L'administration de la faculté, et plus particulièrement le doyen, ont été accusés par plusieurs étudiants d'être à l'origine de cette évacuation musclée.

...qu'il n'a pas condamnée. Philippe Petel s'est défendu d'avoir laissé entrer ces hommes cagoulés mais n'a pas condamné leurs agissements. "Ils ont voulu se défendre, et moi je ne peux pas les en blâmer. (...) Je suis assez fier de mes étudiants, je les approuve totalement", avait-il lâché auprès de France 3. Le Professeur Bruno Fabre a été nommé "en qualité d'administrateur provisoire de la faculté" pour le remplacer. Ce dernier "est également vice-président de l'université de Montpellier".