Excédés, les éleveurs bretons bloquent l'axe Rennes-Brest

  • A
  • A
Excédés, les éleveurs bretons bloquent l'axe Rennes-Brest
@ DAMIEN MEYER / AFP
Partagez sur :

Démonstration de force des éleveurs costarmoricains qui ont commencé à bloquer, mercredi, l'axe autoroutier entre Rennes et Brest.

Les éleveurs des Côtes d'Armor, toutes productions confondues, ont commencé mercredi après-midi à bloquer dans les deux sens la quatre-voies Rennes-Brest près de Saint-Brieuc, afin d'attirer l'attention du gouvernement sur les milliers d'emplois menacés par la crise du secteur.

Un blocage jusqu'à samedi. Peu après 15h, à l'appel des syndicats FDSEA et JA, une centaine d'agriculteurs et une quarantaine de tracteurs ont commencé à bloquer la N12 à la sortie est de Saint-Brieuc, bloquant cet axe emprunté chaque jour par des dizaines de milliers de véhicules. Les manifestants ont entrepris de démonter la barrière de sécurité centrale. Ils ont l'intention de maintenir leur blocage au moins jusqu'à samedi, ont fait savoir les syndicats, qui réclament la venue du Premier ministre, Manuel Valls. La préfecture a mis en place une déviation empruntant des routes départementales pour éviter l'agglomération de Saint-Brieuc.

agri2-630

Des cours trop bas. Les éleveurs tirent depuis des mois la sonnette d'alarme en raison des cours trop bas, inférieurs aux coûts de production, auxquels le porc, le lait et la viande bovine sont achetés par les industriels de la transformation. De nombreux agriculteurs en faillite sont contraints de mettre la clé sous la porte et les spécialistes considèrent qu'en moyenne, une exploitation génère sept emplois (y compris ceux en amont et en aval de l'élevage).

L'Espagne et l'Allemagne aidées, pas la France ? Alors que le gouvernement explique ne pas pouvoir aider davantage les producteurs français en raison des règles européennes, les syndicats affirment à propos de leurs deux principaux concurrents européens : "L'Espagne aide ses éleveurs : pourquoi pas la France ? L'Allemagne protège ses marchés : pourquoi pas la France ?". Les éleveurs réclament, notamment pour le porc, un étiquetage mentionnant l'origine des viandes utilisées dans les produits transformés qui sont majoritairement fabriqués à base de porc d'importation, et sur lesquels est uniquement mentionné, conformément à la législation: "Transformé en France".