Euro 2016 : la course contre la montre pour la sécurisation des fan-zones

  • A
  • A
Euro 2016 : la course contre la montre pour la sécurisation des fan-zones
La sécurité des fan-zone pose encore problème.@ PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :

EURO 2016 - Plusieurs grandes sociétés ont refusé de sécuriser les fan-zones. Les recrutements des agents de sécurité ne sont pas terminés.

ENQUÊTE EUROPE 1

Ce sera l'enjeu de l'Euro de football 2016 qui débutera en France le 10 juin prochain. Comment assurer la sécurité des supporters et des équipes pendant la compétition ? La question est dans toutes les têtes d'autant que les agents de sécurité ont été largement mis à contribution sur le territoire depuis les attentats de Paris le 13 novembre dernier. Et si les agents des stades ont été trouvés, la sécurité des fan-zones reste encore le dossier le plus sensible. Le budget de leur sécurité est d'ailleurs considérable, 24 millions d'euros, contre 12 millions prévus initialement.

Refus des grandes entreprises. Une véritable course contre la montre est désormais engagée. La situation est d'autant plus compliquée que les plus grosses entreprises de sécurité en France ont toutes refusé de sécuriser les fan-zones. Elles jugent trop difficile, mais aussi trop risqué d'assurer la protection de dizaines de milliers de personnes rassemblées devant un écran géant. Ce sont donc des sociétés plus petites qui assureront cette mission. Certaines devront donc doubler leurs effectifs d'ici le mois de juin.

Recrutement de dernière minute. Pour y arriver, toutes se sont lancées dans une course à l’intérim et à la sous-traitance en cascade. A Bordeaux, Marseille ou Toulouse par exemple, les recrutements sont loin d'être terminés. Pour faire face à l'urgence, le gouvernement a donc autorisé une formation plus courte, mais qui pour l'instant n'a mobilisé qu'une douzaine de candidats. A chaque fois, la personnalité des agents potentiels est vérifiée et leur casier judiciaire contrôlé. La procédure est longue, un mois en moyenne, et fixe donc la date butoir des candidatures au début du mois de mai, dans quelques jours. Impératif : que tout soit prêt pour le coup d'envoi de l'Euro.

Inquiétude des professionnels. Du côté des professionnels, ces recrutements de dernière minute sont jugés risqués et des dérives sont possibles. Pour éviter tout problème, le ministère de l'Intérieur a demandé aux préfecture de faire une toute dernière vérification juste avant la compétition. Les noms de tous les agents des fan-zones seront criblés, passés au fichier du ministère afin de s'assurer que les profils soient bien compatibles avec la mission.