Escroqueries sur Internet : le dépôt de plainte en ligne sera bientôt possible

  • A
  • A
Partagez sur :

La police judiciaire dévoile mardi son nouveau projet Thesee, un site web sur lequel il sera possible de porter plainte pour escroquerie sur Internet.

Plus besoin de se déplacer au commissariat ou à la gendarmerie. Il sera bientôt possible de porter plainte en ligne si l'on a été victime d'une escroquerie sur Internet. A l'occasion du dixième forum international de la cybersécurité, rendez-vous de tous les experts mondiaux de la lutte contre le piratage informatique, qui s'ouvre à Lille mardi, la police judiciaire a dévoilé son nouveau projet Thesee, le traitement harmonisé des enquêtes et des signalements de e-escroqueries.

En quelques clics, depuis son ordinateur ou son smartphone, la plateforme Thesee permettra de déposer la plainte. Quelques renseignements et questions seront demandés, puis le procès-verbal sera généré automatiquement. A l'autre bout de la chaîne, chaque plainte sera examinée par des cyber-enquêteurs qui feront les premières vérifications et des recoupements avec d'autres plaintes, puis saisiront la justice pour retrouver les auteurs.

Une révolution. Pour Valérie Maldonado, adjointe au sous-directeur de la lutte contre la cybercriminalité, il s'agit d'une révolution dans le traitement de cette délinquance : "La démarche de valider un véritable dépôt de plainte en ligne sur des escroqueries de masse répond à une préoccupation d'un nombre extrêmement important de personnes qui vont être confrontées à des fausses annonces, à un chantage à la webcam, à une escroquerie à la romance ou au piratage de sa boite mail", précise-t-elle.

Peu de victimes portent plainte aujourd'hui. Cela devrait permettre de traiter une partie des faits de délinquance qui sont pour l'heure peu dénoncés. Car aujourd'hui, très peu de victimes portent plaintes, soit parce qu'elles ont honte de s'être fait escroquer sur un faux site de vente en ligne ou lors d'un chantage intime, soit parce qu'elles ne savent pas qu'elles peuvent le faire. "Le fait de s'être fait pirater sa boite mail est constitutif d'une infraction qui justifie parfaitement un dépôt de plainte", rappelle pourtant Valérie Maldonado. 

Le lancement de la plate-forme est prévu dans les mois qui viennent. Elle sera accessible via le portail service-public.fr.