Emploi : "le physique est le deuxième facteur de discrimination" à l'embauche

  • A
  • A
123 partages

Le physique peut-il être un frein à l’embauche ? Oui, répondent sans hésiter le défenseur des droits et l'Organisation Internationale du Travail qui publient lundi matin leur neuvième baromètre sur le sujet.

Le physique comme motif de discrimination. 33% des demandeurs d’emploi estiment avoir été victimes d’une discrimination à l’embauche et 79% des sondés, soit presque huit personnes sur dix, pensent que leur physique a une influence sur le recruteur. La discrimination dans le travail est donc omniprésente dans notre société. Une discrimination qui n'est pas récente, comme l'explique le sociologue et directeur de l’Observatoire des discriminations, Jean-François Amadieu, invité d'Europe 1 lundi matin : "le défenseur des droits avait fait un premier sondage en 2013 et on voyait déjà que l’apparence physique était la première cause de discrimination. Cette année, c’est le deuxième facteur de discrimination, juste après le fait d’avoir plus de 50 ou 55 ans". 

Avantage du CV anonyme. Pour l’auteur du livre Beauté des apparences : Beauté, amour et gloire, il existe pourtant des moyens simples pour lutter efficacement contre ces discriminations. Et le CV anonyme en fait partie. "Une discrimination est souvent difficile à prouver, surtout que cela se passe souvent dans les entretiens ou dans le tri des CV. Mais, il y a quand même des solutions. Le CV anonyme est par exemple une très bonne idée car, par exemple, le fait d’être obèse se voit sur une photo et cela peut être un facteur de discrimination. C’est la même chose qu’une copie d’examen du baccalauréat", affirme-t-il. D'autant que, comme l'explique Jean-François Amadieu, l'obésité touche particulièrement les personnes à revenu modeste. Et alors que ce motif de discrimination est très répandu chez les femmes, c'est "le fait d'être de petite taille qui discrimine d'avantage les hommes". 

De lourdes peines. "Un employeur qui discrimine quelqu’un risque jusqu’à 45.000 euros d’amende et trois ans de prison", détaille Jean-François Amadieu qui ajoute toutefois que, "on ne condamne vraiment jamais à des peines de prison". Selon lui, "ce qui compte le plus, c’est le retentissement médiatique. C’est sûr qu’une grosse entreprise n’a pas très envie de se faire médiatiser pour discrimination et, aux Etats-Unis par exemple, cela passe très mal". 

Quelques conseils. Jean-François Amadieu a donc livré quelques conseils à tous ceux qui seraient en recherche d’emploi. Sachez que, à physique équivalent, une femme maquillée a beaucoup plus de chance de se faire embaucher qu’une femme non maquillée. Et, selon lui, "les détails de l’apparence vestimentaire comptent également beaucoup, tout comme la coupe de cheveux. Il faut parfois être manipulateur. L’apparence compte, il faut donc aller au bout de la logique".