Ecole : la note sur 20 bientôt aux oubliettes ?

  • A
  • A
Ecole : la note sur 20 bientôt aux oubliettes ?
@ AFP
2070 partages

Du CP à la 3e, les notes sur 20 devraient disparaître pour laisser la place à une notation de 1 à 4 ou de 1 à 5. L’entrée en vigueur est prévue pour 2016.

INFO EUROPE 1

Le projet est dans les cartons du ministère de l’Education nationale et pourrait, selon nos informations, être voté dans les jours qui viennent par le Conseil supérieur de l’Education : du CP à la 3e, les notes sur 20 pourraient disparaître. Cette nouvelle échelle elle a été présentée aux parents d'élèves, dont la réaction est plutôt positive. Si cette échelle était effectivement retenue, elle entrerait en vigueur dès la rentrée 2016.

L'échelle reste à définir. A l'instar de ce qui se fait en Allemagne ou aux Etats-Unis, l'idée directrice de ce projet est d'en finir avec la note sur 20, trop souvent calculée à la tête du client. L'objectif serait de passer à un mode de notation plus juste et plus objectif. Sur une échelle qui reste à définir, de 1 à 4 ou de 1 à 5, on évaluerait d’abord des compétences.

La signification des notes. Par exemple, dans le cas des tables de multiplication en primaire :

  • la note 1 signifierait : je sais faire une multiplication simple

  • la note 2 : je sais multiplier et je connais toutes mes tables par cœur

  • la note 3 : j'utilise la multiplication à bon escient dans un problème

  • la note 4 : je maîtrise la multiplication dans toutes les formes d’exercice

Une notation moins anxiogène. La grande nouveauté de ce système est que la note zéro disparaîtrait. Pour les parents d'élèves, il a aussi l'avantage de ne plus classer les élèves du premier au tout dernier de la classe. Une dernière place souvent synonyme d'humiliation inutile. Pour les experts du classement Pisa,  qui classent et analysent les systèmes d’éducation pays par pays, cette façon d’évaluer serait moins anxiogène et enlèverait une pression sur les élèves souvent paralysante, et injuste. Une étude a en effet montré que si on soumettait la même copie de français à 30 élèves différents, les notes pouvaient varier de 5 à 16. 

Moins stigmatiser les élèves. "Les élèves français, avec les élèves japonais et coréens, sont les plus anxieux du monde", relève Eric Charbonnier, analyste à la Direction de l'Education de l'OCDE. L'avantage de ces nouvelles notations, c'est que l'on va moins stigmatiser les élèves. Aujourd'hui, les élèves sont classés, on sait qui est le premier de la classe et qui est le dernier. Avec une notation plus large, on va regrouper les élèves, ce sera moins stigmatisant. Mais il faudra faire en sorte que le groupe d'élèves avec de moins bonnes notes ait de meilleurs résultats. Ça demande une réflexion pour changer les mentalités et de travailler différemment avec les élèves", prévient-il au micro d'Europe 1. 

La réaction de Najat Vallaud-Belkacem. Suite à nos révélations, la ministre de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la recherche Najat Vallaud-Belkacem a réagi sur Twitter, précisant qu' "une réflexion [était] en cours sur l'évaluation des compétences du socle". "Non pas d'abandon des notes de 0 à 20 dans les disciplines", a assuré la ministre, qui précisera sa position, vendredi matin, face à Jean-Pierre Elkabbach sur Europe 1.