Djenah retrouvée saine et sauve : ce que l'on sait des circonstances de son enlèvement

  • A
  • A
Djenah retrouvée saine et sauve : ce que l'on sait des circonstances de son enlèvement
Déclenché pour la 19ème fois, le dispositif alerte enlèvement s'est pour l'instant toujours avéré efficace.
Partagez sur :

Le père de Djenah, qui avait enlevé sa fille de quatre mois, mardi à Grenoble, s'est rendu mercredi en fin de matinée. L'enfant est en bonne santé. 

L'alerte aura duré moins de vingt-quatre heures. Steeve Beni Y Saad, le père de Djenah, la fillette de quatre mois enlevée mardi à Grenoble, a été interpellé, mercredi. L'homme de 28 ans a appelé les services de police depuis une cabine téléphonique d’Échirolles, dans la banlieue de la ville, indiquant son intention de se rendre. Vers 11h30, les policiers ont rejoint le père et son enfant, qui est en bonne santé.

Un enlèvement violent. Quelques minutes plus tôt, le procureur de Grenoble, Jean-Yves Coquillat, avait annoncé la prolongation du dispositif alerte enlèvement, déclenché mardi soir. Lors d'une conférence de presse, le magistrat avait également apporté des précisions quant aux circonstances de l'enlèvement de la petite fille.

Les faits se sont produits mardi, entre 10h50 et 11h30, dans un foyer d'accueil pour femmes battues de Grenoble, où l'ex-compagne du père et l'enfant résidaient. La femme "était seule dans son appartement, lorsqu'elle a vu arriver son ancien concubin, qui a escaladé le balcon pour pénétrer à l'intérieur", selon le procureur. La mère est alors montée à l'étage pour se réfugier dans le bureau d'une assistante sociale, dont Steeve Beni Y Saad a défoncé la porte. L'homme a frappé sa femme à plusieurs reprises et "bousculé" l'assistante sociale, avant de prendre la fuite avec son enfant.  

Le père déjà recherché. Le procureur est également revenu sur le profil du père, qui a poussé les enquêteurs à déclencher le dispositif "alerte enlèvement". Sans domicile fixe, Steeve Beni Y Saad avait quitté le foyer sans nourriture, vêtements de rechange ou couches pour son enfant. "Le père n'a jamais commis de violence envers sa fille, mais le bébé, comme tous les enfants de cet âge, a besoin de soins qu'il ne peut lui apporter", avait expliqué Jean-Yves Coquillat. L'ancienne compagne du jeune homme avait par ailleurs  porté plainte le 29 août pour des violences et "le père était recherché pour être entendu". La mère avait également déposé une demande d'ordonnance de protection, qui devait être examinée jeudi. 

Lors de son interpellation, Steeve Beni Y Saad a expliqué avoir obtenu ce qu'il voulait en attirant l'attention sur sa situation à la veille de cette audience. Sa fille doit désormais subir des examens médicaux, notamment pour savoir si elle a été suffisamment nourrie par son père, dont le périple nocturne reste également à éclaircir par les enquêteurs. 

Un dispositif efficace. Après le déploiement du dispositif alerte enlèvement, 220 appels et 50 courriers électroniques ont été reçus par les enquêteurs dans cette affaire. C'est la 19ème fois qu'une telle alerte était déclenchée en France. Jusqu'à présent, elle s'est révélée efficace dans tous les cas, permettant à chaque fois de retrouver les enfants rapidement, sains et saufs.