Deux ans après, Montrouge rend hommage à la policière Clarissa Jean-Philippe

  • A
  • A
Deux ans après, Montrouge rend hommage à la policière Clarissa Jean-Philippe
Clarissa Jean-Philippe a été abattue en pleine rue par le terroriste Amédy Coulibaly.@ JEAN-RICHARD ALAIN / AFP
Partagez sur :

La policière municipale Clarissa Jean-Philippe, 26 ans, avait été tuée par le terroriste Amédy Coulibaly le 8 janvier 2015, la veille de la prise d'otages dans l'Hyper Casher.

La ville de Montrouge, au sud de Paris, a rendu hommage lundi à sa policière municipale Clarissa Jean-Philippe, tuée il y a deux ans par Amédy Coulibaly lors des attentats djihadistes de janvier 2015.

Une policière de 26 ans. "C'est sans doute parce qu'elle portait un uniforme" que la policière de 26 ans, originaire de Martinique, "a été la cible d'un terroriste" le 8 janvier 2015, a déclaré le maire Etienne Lengereau (UDI) en préambule de cette courte cérémonie. "À travers Clarissa Jean-Philippe, notre ordre public, l'ordre de notre République, ont été visés et ont été atteints". L'édile a également rendu hommage à deux collègues de la victime présents ce jour-là : l'un "grièvement blessé par le terroriste", l'autre "qui l'a désarmé et qui l'a contraint à fuir".

Des ministres et la maire de Paris présents. Des gerbes de fleurs ont ensuite été déposées au pied d'une plaque à la mémoire de la policière, avant une sonnerie aux morts, une minute de silence et une Marseillaise, sous les yeux de sa famille, de ses anciens collègues, du ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux, de la ministre des Outre-mer Ericka Bareigts et de la secrétaire d'État chargée de l'aide aux victimes, Juliette Méadel. Étaient également présents la maire de Paris Anne Hidalgo, Joël Mergui, président du Consistoire central israélite de France, et de nombreux élus. La famille de Clarissa Jean-Philippe s'est ensuite recueillie devant un mémorial improvisé à quelques mètres de là, où est notamment installé un portrait de la policière réalisé par l'artiste C215.

Tuée en pleine rue. Le 8 janvier 2015, au lendemain de l'attaque contre Charlie Hebdo perpétrée par les frères Kouachi (12 morts), la policière municipale, appelée sur un banal accident de la circulation, avait été tuée par le djihadiste Amédy Coulibaly en pleine rue. Les enquêteurs se demandent s'il ne visait pas initialement une école juive à proximité. Le 9 janvier, il exécutait quatre hommes lors d'une prise d'otages dans une épicerie juive de Paris, l'Hyper Cacher, avant d'être abattu dans l'assaut du Raid.

Une cérémonie d'hommage et de recueillement organisée par le Crif aura lieu lundi en fin de journée devant l'Hyper Cacher. De courts et sobres hommages, avec dépôts de gerbes et minutes de silence, avaient eu lieu jeudi à Paris en mémoire des victimes de ces attentats.