Des élèves de Seine-Saint-Denis chassés du musée d’Orsay

  • A
  • A
Des élèves de Seine-Saint-Denis chassés du musée d’Orsay
@ JOEL SAGET / AFP
Partagez sur :

Une professeur d’une classe du 93 a raconté sur Facebook comment ses élèves ont été mis dehors par l’encadrement du célèbre musée parisien. 

L’histoire de cette professeur d’histoire-géographie d’un lycée de Seine-Saint-Denis est devenue virale. Une enseignante du 93 a raconté sur Facebook le traitement réservé à ses élèves lors d’une visite au musée d’Orsay, y dénonçant au passage la discrimination dont ils ont été victimes. Son expérience, abondamment relayée sur les réseaux, a même forcé le célèbre établissement parisien à réagir dans un communiqué.

"J’ai été accueillie par les injures d’un gardien de salle." L’enseignante a raconté l’histoire en détail sur Facebook, dans un post relayé plus de 2.000 fois. Tout commence quand cette classe du lycée Maurice Utrillo de Stains arrive mercredi dernier dans une salle d’exposition du musée d’Orsay pour y "étudier l’histoire des ouvriers au XIXe siècle", selon Le Nouvel Obs. "Je fermais la marche du groupe avec une collègue et j’ai été accueillie par les injures d’un gardien de salle, visiblement très remonté contre mes élèves", a témoigné la professeur, interrogée par l’hebdomadaire.

L’enseignante tente alors de s’interposer en restant "calme" pour apaiser la situation, avec succès pense-t-elle. Sauf que le gardien de salle est en fait aller "chercher du soutien auprès de sa collègue", qui à son tour lui "hurle" dessus. "Pendant ce temps, le premier surveillant prend mes élèves à partie et bouscule littéralement la professeur qui m’accompagne", poursuit-t-elle dans son post Facebook.

Des groupes scolaires "majoritairement blancs" non réprimandés. La situation devient alors de plus en plus tendue. Les élèves et leurs professeurs, "bouches bées", décident alors de poursuivre leur visite, sans un mot. "Mais ce n'est toujours pas suffisant, les surveillants nous courent après, nous demandent de nous arrêter". Plusieurs surveillants accusent alors les élèves de les avoir agressés eux ainsi que d’autres visiteurs. Finalement, après des minutes d’altercation, l’enseignante propose aux élèves de se promener pour "s’aérer l’esprit".

"Mais cinq minutes plus tard", les surveillants reviennent vers l’enseignante pour se plaindre à nouveau du comportement des élèves. La classe de Seine-Saint-Denis observe, passant devant eux, d’autres groupes scolaires "majoritairement blancs, bourges, parisiens" en train de "faire du bruit, parler, s’exprimer". Mais, eux, selon la professeur, ne sont pas réprimandés par les surveillants. De quoi accentuer le dégoût de ses élèves.

Le musée d’Orsay défend ses employés. Finalement, l’enseignante et ses élèves décident de quitter le musée, tous exaspérés par cette expérience. "La conclusion de mes élèves : première et dernière fois dans un musée, pour certains, première et dernière fois à Paris. Bravo, chapeau bas le musée d'Orsay, félicitations Paris, performance réussie !", enrage la professeur.

L’histoire, largement relayée et commentée sur les réseaux sociaux, a incité le musée d’Orsay à réagir sur Twitter vendredi après-midi. "Ce groupe semble avoir eu un comportement bruyant, à l’origine de l’incident. Nous regrettons qu’une situation conflictuelle se soit développée. L’intervention de l’encadrement de la surveillance du musée à permis d’apaiser la situation", écrit l’établissement dans un communiqué. Un avis visiblement loin d’être partagé par cette enseignante et ses élèves.