Des écoles en grève protestent contre l'iniquité des classes de 12 élèves

  • A
  • A
Partagez sur :

Plusieurs écoles en Seine-Saint-Denis, dans le Rhône, le Var ou encore en Seine-et-Marne ont décidé de faire grève pour protester contre la réduction du nombre d'élèves en CP et CE1 dans les REP.

C'était l'une promesse du candidat Macron pour lutter contre l'échec scolaire et les inégalités : réduire le nombre d'élèves à douze dans certaines classes situées en zones d'éducation prioritaire. Mais selon certains syndicats de parents d'élèves, la mise en place de cette mesure ne sera pas équitable. Plusieurs écoles en Seine-Saint-Denis, dans le Rhône, le Var, ou encore en Seine-et-Marne ont décidé de fermer leurs portes pour protester. 

D'autres classes pénalisées. Dès septembre, près de 2.500 classes de CP seront dédoublées dans les zones d'éducation prioritaires. Dans les écoles, il faut donc d'ores et déjà s'organiser. Qui dit séparer les élèves en deux groupes, dit multiplier les classes par deux. Pour Rachel Schneider, secrétaire départementale du syndicat SNUipp-FSU de Seine-Saint-Denis, cela risque de pénaliser d'autres sections. "Quand on a la chance d'avoir une salle informatique, ou une salle d'arts plastiques, est-ce que cela vaut la peine, pour un seul groupe de douze enfants de CP, de renoncer à la peinture ou à l'informatique pour l'ensemble des autres classes ?", souligne-t-elle.

Des professeurs déjà mobilisés. Les écoles vont aussi devoir trouver plus d'enseignants. Beaucoup d'entre eux sont déjà mobilisés par la réforme de François Hollande, qui offre la possibilité d'un deuxième maître en classe. Selon Francette Popineau, porte-parole nationale du SNUipp-FSU, cette mesure commençait tout juste à porter ses fruits. "Quand on est deux à intervenir sur une classe, les élèves peuvent demander de l'aide beaucoup plus facilement. Et des élèves ont besoin de cette confirmation permanente, et n'osent pas le faire quand ils n'ont qu'un seul maître parce qu'ils ont le sentiment de le lasser", explique la syndicaliste.

2.500 enseignants bientôt recrutés. À terme, cette réforme des CP et CE1 voulue par Emmanuel Macron devrait concerner quelque 12.000 classes. Lundi, dans La Voix du Nord, Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Education nationale, a annoncé le recrutement de 2.500 enseignants qui seront affectés dans les classes de CP et CE1. De quoi désamorcer, peut-être, le conflit en cours.