Dans la chambre d’Hubert Rochereau, mort en 1918

  • A
  • A
Dans la chambre d’Hubert Rochereau, mort en 1918
Daniel Fabre, dans l'embrasure de la chambre d'Hubert Rochereau@ Matthieu Bock/Europe 1
Partagez sur :

La chambre de ce jeune sous-lieutenant français, tombé au champ de bataille, n’a pas bougé depuis près de 100 ans.

C’est un voyage dans le temps, près de 100 ans en arrière. Dans une maison de Bélâbre, dans l’Indre, une pièce n’a pas bougé depuis 1918, quand Hubert Rochereau, son occupant, est parti pour combattre, en demandant à ses parents de ne rien toucher dans sa chambre, la dernière au fond du couloir du 1er étage. Europe 1 l'a visitée.

Depuis son départ pour le champ de bataille, sa famille n’a pas bougé un seul objet, un seul meuble de la chambre où Hubert Rochereau est né, le 10 octobre 1896, selon La Nouvelle République. Le jeune homme est mort au front, en avril 1918. Sur le bureau, face à la fenêtre, une fiole contient "de la terre de Flandre sur laquelle notre cher enfant est tombé et qui a conservé ses restes pendant quatre années", est-il écrit sur l’étiquette.

Panorama Matthieu

© Matthieu Bock / Europe 1

>> LIRE AUSSI - Apocalypse, la Première Guerre mondiale racontée en couleurs

Une chemise émaillée, des pipes et même du tabac se trouvent toujours dans la pièce, posés à l’exact endroit où le militaire de carrière Hubert les a laissés. Avant de partir pour la Première guerre mondiale, le sous-officier y a aussi abandonné des drapeaux, des chaussures cloutées rangées sous une étagère, un masque d’escrimeur et sa collection de pistolets. Avec le temps, la tapisserie du mur se décolle largement. La montre posée sur la table de chevet s'est arrêtée à 5h18.

Les parents d’Hubert Rochereau ont quitté la maison familiale en 1935, laissant la pièce toujours inviolée. Dans l’acte de donation, raconte le quotidien, se trouve une clause très particulière : les nouveaux propriétaires doivent s’engager à ne pas toucher à la chambre d’Hubert pendant 500 ans. Il était demandé de "laisser tous les objets tomber en poussière le moment venu, sans chercher à les restaurer", explique à Europe 1 Daniel Fabre, l’actuel propriétaire des lieux, qui a respecté cette volonté même si "cette clause n’avait aucun fondement juridique". Aujourd'hui, le musée de Saint-Cyr voudrait récupérer toutes ces affaires, afin de reconstituer cette chambre à l'identique. Mais Daniel Fabre hésite. Il préfère léguer ce morceau d'histoire à ses trois filles.

>> Découvrez la chambre d'Hubert Rochereau en photos : 

IMG_1994

© Matthieu Bock / Europe 1

IMG_2012

© Matthieu Bock / Europe 1

IMG_2044

© Matthieu Bock / Europe 1

IMG_2055

© Matthieu Bock / Europe 1