Crise de l'élevage : le Crédit agricole a "une part de responsabilité" pour Le Foll

  • A
  • A
Partagez sur :

Le ministre de l'Agriculture, invité du Grand Rendez-vous d'Europe 1- Le Monde-iTélé, a répondu au cri du cœur d'un éleveur breton. 

INTERVIEW

Les éleveurs ont jusqu'à dimanche soir pour déposer une demande d'aide d'urgence, promise par le gouvernement pour soutenir l'élevage en crise. En moyenne, chaque éleveur éligible devrait toucher 3.000 à 4.000 euros. Une somme jugée insuffisante pour certains qui se disent pris à la gorge. Stéphane Le Foll, le ministre de l'Agriculture, invité du Grand Rendez-vous d'Europe 1- Le Monde-iTélé, a répondu à l'un de ces éleveurs désemparés

"L’Etat a pris sa responsabilité, il a mis les moyens". "Ce que nous avons fait sur la question de l’endettement, cela n’avait jamais été fait auparavant. L’Etat a pris sa responsabilité, il a mis les moyens. Il faut que tous les partenaires, y compris les partenaires bancaires, poursuivent ce travail. Je veux dire à cet éleveur que démissionner ne changera rien. Est ce que cela changera l’attitude du Crédit agricole, des abatteurs… ? Chacun a une part de responsabilité. Les banques doivent être capable de se projeter. Car passée cette étape difficile pour les agriculteurs, il y a des perspectives. Il y a des atouts", a commenté le ministre

"Je suis prêt à aller voir tous les éleveurs, à condition que chacun ait le sens de la responsabilité, a ajouté le Stéphane Le Foll. Le débat ne s'arrête pas au 31 janvier, il se poursuivra jusqu’au mois de juin."

"J'ai envie d'exploser". Nicolas Le Borgne, éleveur à Pluduno, dans les Côtes d'Armor, avait interpellé un peu plus tôt le ministre : "Monsieur le ministre, aujourd'hui on est en train de mourir, en silence, les uns après les autres. C'est tout un tissu social qui va disparaître sans que personne ne bouge" a-t-il confié au micro d'Europe 1.  Moi j'ai plus de 200.000 euros de dettes. J'ai envie d'exploser. Si vous ne pouvez rien faire, dans ces cas là, démissionnez."

42.000 demandes. Au total, 42.000 demandes d'aide d'urgence ont été déposées auprès du gouvernement. En septembre, le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, évaluait à 25.000 le nombre d'éleveurs en très grande difficulté financière.