Côtes-d'Armor : après une enquête hors normes, un jeune jugé pour un meurtre en boîte de nuit

  • A
  • A
Côtes-d'Armor : après une enquête hors normes, un jeune jugé pour un meurtre en boîte de nuit
Le verdict est attendu vendredi.@ DAMIEN MEYER / AFP
Partagez sur :

Un jeune homme de 19 ans est jugé depuis mercredi pour le meurtre d'un étudiant en boîte de nuit en 2014 dans les Côtes-d'Armor, après une enquête hors normes.

Le procès d'un jeune de 19 ans, accusé d'avoir tué un étudiant de 18 ans dans une discothèque en décembre 2014, s'est ouvert mercredi matin devant la cour d'assises des mineurs des Côtes-d'Armor, une affaire marquée par une enquête hors normes. Le drame s'était déroulé dans la nuit du 20 au 21 décembre 2014, au "Bacardi", à Callac, entre Lannion et Carhaix. La boîte de nuit est pleine à craquer : malgré une capacité autorisée de 650 participants, elle va accueillir cette nuit-là quelque 1.300 personnes, selon l'enquête. L'alcool coule à flots et plus d'une vingtaine de bagarres vont éclater. 

17 gendarmes, 900 photos, un millier de personnes interrogées. Vers 4H30, au bord de la piste de danse, un jeune homme s'effondre. Pierre Baron, étudiant en BTS, vient d'être touché au ventre par la lame d'un couteau. Originaire de Landeleau, non loin de Carhaix, il décède sur place d'une hémorragie interne, malgré l'arrivée des secours. Pendant près de six mois, le meurtrier présumé va garder le silence. La gendarmerie va devoir mobiliser d'importants moyens : 17 militaires se consacrent exclusivement à l'enquête. Ils vont réussir à identifier plus d'un millier de personnes qui vont être interrogées. Ils vont aussi exploiter plus de 900 photos ou vidéos. Quatre personnes sont finalement interpellées début juin 2015.

Procès à huit clos. Parmi elles, le principal suspect, un adolescent de 17 ans qui finit par reconnaître les faits et qui déclare avoir "agi sur fond d'alcool dans le cadre d'un différend l'opposant indirectement à la victime", relate la gendarmerie à l'issue de la garde à vue. Le jeune homme, qui fêtera ses 20 ans fin mai, a été mis en examen pour "violences avec arme ayant entraîné la mort sans intention de la donner". Son procès à huis clos s'est ouvert mercredi à Saint-Brieuc devant la cour d'assises des mineurs. Le verdict est attendu vendredi. Cette affaire avait suscité une grande émotion en centre-Bretagne. Une "marche blanche" avait réuni plus de 2.000 personnes dans le village de la victime qui préparait un BTS agricole et appartenait à l'équipe de football de sa commune.