Corse : polémique sur des chants en arabe à l'école, une enquête ouverte

  • A
  • A
Corse : polémique sur des chants en arabe à l'école, une enquête ouverte
@ AFP
Partagez sur :

Deux institutrices ont été menacées et la kermesse de l'école a dû être annulée. L'inspection d'académie a porté plainte contre X.

Des enfants privés de fête de fin d'année, des enseignantes menacées, des parents d'élèves en colère. Rien ne va plus à l'école primaire de Prunelli-di-Fiumorbu, en Haute-Corse. L'objet de la polémique ? Une chanson universelle, Imagine de John Lennon, que les élèves devaient chanter lors de la kermesse de fin d'année de l'école, prévue le 26 juin.

Deux institutrices avaient préparé différentes versions d'Imagine dans plusieurs langues, le français, le corse, l'anglais, l'espagnol et l'arabe. Or, plusieurs parents d'élèves, ulcérés que leurs enfants puissent chanter ne serait-ce qu'un couplet d'une chanson en arabe, ont menacé les enseignantes.

Mise à jour : Une instruction judiciaire a été ouverte, en raison de "pressions exercées sur les enseignantes" et du "déchaînement sur les réseaux sociaux", a indiqué mercredi le procureur de la République à Bastia, Nicolas Bessone. Un graffiti "Arabi Fora" (Les Arabes, dehors !) a été tracé à la peinture rouge dans la nuit de mardi à mercredi devant l'école.

"Amalgame". Les enseignants de l'école primaire, un village à forte communauté maghrébine sur la façade orientale de la Corse, ont déploré dans un communiqué "l'amalgame entre langue et religion ainsi que la désinformation véhiculée par certains parents". Faisant jouer leur "droit de retrait", ils n'ont pas assuré leur service lundi et la kermesse de l'école a dû être annulée. "Certains parents nous ont dit qu'ils s'opposaient aux répétitions puisqu'ils s'opposaient à ce que leurs enfants entendent la langue arabe. Ils menaçaient d'empêcher les enfants de chanter sur scène", assure à Europe 1 la directrice de l'école primaire.

"L'espace de neutralité dû aux élèves et la sécurité de personnes ne peuvent être garantis", selon le communiqué des enseignants. Ils ont affirmé "respecter les programmes d'enseignement inscrits dans les instructions officielles".

"Attitude inqualifiable". Une plainte contre X pour menaces racistes a été déposée par l'Inspection d'académie. Le recteur, Michel Barat, leur a apporté son soutien, stigmatisant cette "attitude inqualifiable contre les valeurs que représente l'école".