COP21 : la police disperse une manifestation non autorisée à Paris

  • A
  • A
COP21 : la police disperse une manifestation non autorisée à Paris
@ Capture Twitter
Partagez sur :

Un appel à manifester à Belleville avait été relayé sur internet, notamment sur le site antiCOP21.org. 

La police a dispersé samedi soir à Paris une manifestation non autorisée "contre la COP21, le capitalisme et l'Etat (d'urgence)", a constaté un journaliste de l'AFP. Un appel à manifester à 17h à Belleville avait été relayé sur internet et les réseaux sociaux, notamment sur le site antiCOP21.org, après la fin des rassemblements festifs autorisés samedi dans la capitale en marge de la fin de la conférence sur le climat.

"Appelez la police, on est séquestrés". Les manifestants, à visage découvert, se sont ensuite dirigés vers le canal Saint-Martin, traversant notamment l'hôpital Saint-Louis. Un distributeur de billets a notamment subi des dégradations, selon une source policière. Un très grand nombre de membres des forces de l'ordre, en tenue anti-émeute, ont alors encerclé une centaine de personnes sur un quai du canal. "Appelez la police, on est séquestrés", ont scandé les manifestants. La police a fait partir les militants par petits groupes. La dispersion s'est terminée peu avant 19h, sans interpellation, selon la source policière.



La police "ferme" face aux débordements. A la veille de l'ouverture de la COP21, il y a deux semaines, et alors que les manifestations avaient été interdites, des échauffourées entre manifestants et police avaient éclaté place de la République, autour du mémorial improvisé aux victimes des attentats du 13 novembre, suscitant l'indignation générale. En plein état d'urgence décrété après les attaques jihadistes, plus de 300 personnes avaient été placées en garde à vue, mais la quasi-totalité avaient ensuite été relâchées.

Cette fois, la préfecture de police de Paris avait autorisé des manifestations prévues ce samedi. Mais, au vu de "la menace très sensible" un mois après les attentats qui ont fait 130 morts, elle avait prévenu qu'elle serait "très ferme" en cas de débordements. Les manifestations autorisées se sont déroulées dans le calme.