Comment votre kebab favorise la biodiversité en ville

  • A
  • A
Partagez sur :

En ville aussi, la biodiversité se développe naturellement. Et souvent de manière insolite...

REPORTAGE

En plein centre-ville de Cergy-Pontoise, entre les bureaux et les restaurants, quelques plantes surgissent au milieu des pavés. Non, personne ne les a plantées là, elles se sont développées naturellement, comme ces plants de tomates. Pour Gilles Carcassès, naturaliste à la communauté d'agglomération de Cergy-Pontoise, l'explication est simple, voire insolite : "On est sur le passage des mangeurs de sandwichs kebabs. Tous les ans, je sais que je vais avoir des plants de tomates qui vont pousser aux pieds de ces arbres. C'est la graine de la tranche de tomate qui est tombée par terre. Et ça suffit."

Des perruches à collier en pleine ville. A quelques kilomètres, une nouvelle espèce animale a fait son apparition il y a peu de temps, la perruche à collier. Plusieurs sont nichées dans de vieux platanes. Là encore, la raison de leur apparition peut prêter à sourire. "C'est un bel oiseau vert avec une grande queue. Il nous est arrivé de l'aéroport d'Orly et l'autre de l'aéroport de Roissy suite à des accidents, des ouvertures de cages en douanes. Les oiseaux échappés se sont acclimatés. En ville, elles vont profiter de la chaleur urbaine", explique Gilles Carcassès, auteur du livre La Fleurette et le Camionneur.

Il paraîtrait même que le castor est revenu depuis peu en Ile-de-France. Personne n'a encore réussi à le voir mais on observe les marques de ses petites dents sur les troncs d'arbres.