Chartres : le maire refuse 2.000 emplois pour ne pas "dénaturer" la sociologie de sa ville

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Jean-Pierre Gorges a refusé l'installation d'un concurrent d'Amazon à Chartres, qui proposait 2.000 emplois. Il justifie son refus par la préservation de l'équilibre sociologique de la population. 

Il a refusé 2.000 emplois dans une ville qui compte 8,3% de chômeurs*. Jean-Pierre Gorges, le maire Les Républicains (LR) de Chartres, n'a pas voulu qu'une entreprise concurrente d'Amazon, qui voulait installer une plateforme logistique, s'implante dans sa ville.

"Nous sommes déjà en surcapacité de logements sociaux". Alors que la ville compte 8,3% de chômage, et 12% si on englobe l'agglomération Chartres Métropole, le maire a souhaité de ne pas "dénaturer" la sociologie de sa ville. "Une population dans une ville doit être équilibrée. Quand vous mettez d'un coup 2.000 emplois de même type, vous faites un déséquilibre sociologique", se justifie-t-il. "D'autre part, dans ce type de job en trois-huit, des populations vont venir, et il faudra leur fournir des logements. Alors qu'ici, nous sommes déjà en surcapacité de logements sociaux", conclut-il. Concrètement, et à un an des élections municipales, Jean-Pierre Gorges, qui va solliciter un quatrième mandat, ne souhaite pas que Chartres devienne un pôle d'attraction pour des travailleurs pauvres et peu qualifiés.


>> De 5h à 7h, c’est “Debout les copains” avec Matthieu Noël sur Europe 1. Retrouvez le replay de l'émission ici

"C'est même insultant". Évidemment, cette décision passe mal auprès des demandeurs d'emploi rencontrés par Europe 1. "Je trouve ça inadmissible", lâche Christelle, dans la file d'attente de l'agence Pôle emploi locale. "Ça va faire deux ans que je cherche du travail, mais rien n'aboutit. Même dans les boîtes d'intérim. Ce n'est pas normal", ajoute-t-elle. "C'est même insultant (de refuser l'implantation d'une entreprise)", renchérit Mickaël, lui aussi inscrit à Pôle emploi. "Vu la situation du marché de l'emploi, on ne peut pas se permettre de faire les difficiles. Moi ça m'aurait carrément dit, on demande juste à travailler", conclut-il. 

*Le taux de chômage au deuxième trimestre en France s'élevait à 9,1%, selon l'Insee.