Charlie Hebdo : la présence de Johnny Hallyday aux commémorations fait polémique

  • A
  • A
Charlie Hebdo : la présence de Johnny Hallyday aux commémorations fait polémique
@ XAVIER LEOTY / AFP
Partagez sur :

SENTIR LE VENT QUI SE DÉCHAÎNE - Dans une tribune, le dessinateur Siné dénonce la présence du chanteur Johnny aux commémorations des attentats de Charlie Hebdo. 

Il a suffi d'une étincelle. La présence de Johnny aux commémorations des attentats de janvier 2015, la goutte d'eau pour les défenseurs de l'esprit Charlie Hebdo

"Charb détestait Johnny". L'ancien directeur de la rédaction de l'hebdomadaire satirique, Charb, n'était pas un grand fan du chanteur belge. Dans un billet posté mercredi sur son blog, l'ancien collaborateur de Charlie Hebdo Siné s'emporte : "Charb détestait Johnny Hallyday et c’est précisément à lui que nos "autorités" on fait appel pour pousser la chansonnette en son honneur : quand il y a une connerie à faire, on peut compter sur nos responsables, ils ne la ratent jamais !" 

Le Canard enchaîné souligne l'ironie de la situation. Dans son dernier numéro, le Canard enchaîné, lui aussi, trouve étrange le choix du chanteur pour l'hommage de dimanche, place de la République à Paris. "Cabu chanté par Johnny, sa tête de turc", ironise l'hebdomadaire. Et de poursuivre : "jamais Cabu ne ratait une occasion de se payer Johnny : '50 ans qu'il nous vérole les tympans !" Et d'égrainer les Unes qui écorchaient l'icône nationale : 'Toute la musique que j'aime, elle vient de là, elle vient du flouze' ; 'Les Français : une brosse à dents par an. Johnny : une femme par jour'. 

Charlie-Hebdo-Johnny

Guillon en rajoute une couche. Pour l'humoriste Stéphane Guillon, la légion d'honneur à titre posthume et les commémorations prévues pour les dessinateurs dimanche ne représentent pas vraiment l'esprit Charlie. "Moi, je connaissais Charb, je ne pense pas que c'est ce qu'il aurait souhaité. Il y a une récupération par le gouvernement qui me dérange", a-t-il déploré sur BFMTV. Et concernant le choix de Johnny ? "C'est le pompon", a-t-il sèchement conclu.