Apologie du terrorisme : Dieudonné se justifie

  • A
  • A
Apologie du terrorisme : Dieudonné se justifie
@ Capture Youtube
Partagez sur :

RÉACTION - L'humoriste-polémiste avait été placé en garde à vue mercredi matin vers 7 heures, après des propos publiés dimanche sur Facebook. Le 22 janvier, il a expliqué cette sortie. 

Dieudonné sera jugé en correctionnelle pour apologie du terrorisme. L'humoriste-polémiste avait été placé en garde à vue mercredi matin vers 7 heures, dans le cadre de l'enquête ouverte contre lui pour apologie du terrorisme suite à ses propos publiés dimanche sur sa page Facebook, après la marche républicaine historique. "Je me sens Charlie Coulibaly", avait-il posté sur son mur Facebook avant de l'effacer quelques minutes plus tard.

>> LIRE AUSSI - Apologie du terrorisme : Dieudonné en garde à vue

A l'issue de sa garde à vue, mercredi soir, le parquet a décidé convoquer Dieudonné devant le tribunal correctionnel "à une audience ultérieure" pour répondre des faits d'apologie d'acte de terrorisme, a fait savoir le parquet de Paris. L'audience se tiendra le 4 février, selon son avocat Me Sanjay Mirabeau.

>> LIRE AUSSI - Dieudonné : enquête ouverte pour apologie du terrorisme

"Je me sens Charlie Coulibaly". Le message de l'humoriste controversé avait été diffusé alors que des millions de Français rendaient hommage aux 17 victimes des attentats contre Charlie Hebdo, des policiers et des juifs. Dieudonné assurait avoir participé à la marche, mais la tournait en dérision en la qualifiant d'"instant magique égal au Big Bang qui créa l'Univers".

>> LIRE AUSSI - Un dimanche historique, la preuve en chiffres

"Sachez que ce soir, en ce qui me concerne, je me sens Charlie Coulibaly", ajoutait-il, associant le slogan de soutien au journal satirique, "Je suis Charlie", au nom d'Amédy Coulibaly, le preneur d'otages qui a tué quatre juifs vendredi. Dieudonné "a le sentiment qu'on le traite comme un terroriste et c'est pour ça qu'il a accolé les deux noms", a déclaré Me Mirabeau, alors que ses fans ont dénoncé sur Facebook une "liberté d'expression sélective".

Dieudonné s'explique. Dans une vidéo mise en ligne jeudi 22 janvier, Dieudonné explique sur son "Je me sens Charlie Coulibaly". Il s'agissait seulement d'une "saillie drôlatique", selon les mots de l'humoriste. "Je voulais dire non à cette guerre programmée (...) comme la voix du Poilu en 14-18 aurait pu dire, dans le traquenard des tranchées : 'je me sens franco-allemand' parce qu'il était fatigué", poursuit Dieudonné. 

Un agenda judiciaire chargé pour Dieudonné. Le polémiste voit les ennuis s'accumuler. Déjà condamné pour propos antisémites, Dieudonné a rendez-vous jeudi au Palais de justice de Paris, poursuivi au civil par des associations. En cause, une vidéo de 2010 dans laquelle il mettait en cause "la puissance du lobby juif" et appelait à la libération de Youssouf Fofana, l'assassin d'Ilan Halimi, jeune juif séquestré, torturé et tué en 2006. Il a été relaxé sur le plan pénal. Le lendemain, vendredi, un jugement sera rendu dans le dossier où Dieudonné est soupçonné d'avoir fait un appel aux dons pour payer ses amendes.

En septembre, le parquet avait ouvert une autre enquête pour apologie du terrorisme pour une vidéo dans laquelle il ironisait sur la décapitation du journaliste américain James Foley par l'organisation État islamique (EI). Le délit d'apologie du terrorisme peut être puni d'une peine allant jusqu'à cinq ans de prison et 75.000 euros d'amende. Elle peut être portée à sept ans et 100.000 euros si les faits ont été commis en utilisant un service de communication au public en ligne.